L’abbaye qui résiste aux tempêtes

On a tous joué durant l’enfance au jeu qui consiste à se tenir à plusieurs sur une pierre, une butte ou un objet quelconque. On vacille, on fait des blagues, on se pousse. Tombera-t-il, tombera-t-il pas? La pierre ne peut recevoir qu’une seule personne, qu’une seule paire de pieds. Mais on s’entête à défier la loi de l’espace et celle de la gravité.

Abbaye Mont-Saint-Michel Photo d'IkmoNed sur Wikipedia

L’abbaye du mont Saint-Michel réussit le miracle de se tenir debout. C’est du moins l’impression qu’elle donne. L’imposant édifice joue le funambule sur un îlot rocheux de l’Atlantique, l’océan par excellence en termes de tempêtes et de mers déchaînées.

Selon le témoignage d’un homme, dormir à l’abbaye Saint-Michel une nuit de grosse tempête est quelque chose qu’on n’oublie pas. Surtout en basse saison lorsque les touristes ont quitté le site, laissant le lieu presque désert.

Vu l’âge vénérable de l’abbaye, plusieurs bâtiments s’imbriquent les uns dans les autres sur l’îlot rocheux. Il reste encore des traces du premier d’entre eux, construit en 966, soit une chapelle enfouie au coeur du complexe médiéval.

Le visiteur croise différentes architectures s’il porte ses pas dans tous les couloirs: pré-romane, romane et gothique.  Tout transpire le Moyen Âge dans cet édifice situé en Normandie : arcades, allées étroites, hautes fenêtres, piliers massifs, arches, de grosses pierres plates et des images du diable.

En gros, le complexe se divise en deux parties: l’abbaye elle-même et  l’endroit où vivaient les moines qu’on appelle la Merveille. Le nom n’est pas un vol. L’endroit est réputé pour ses merveilles architecturales dont les premiers travaux de construction remontent au début des années 1200. Fait à noter: différentes parties de l’édifice s’appuient sur des cryptes et des rochers.

Nous avons vu l’abbaye il y a une dizaine d’années. Le réfectoire de la salle des moines, appelée aussi salle des chevaliers, est impressionnant avec sa longue table qui n’en finit plus. Lourde, massive, presque somptueuse dans son genre. Il y a aussi la chapelle, la promenade des moines, le cloître, le cellier, le dortoir, la salle des hôtes, l’aumônerie et surtout le jardin médiéval.

Pour les amateurs de petite histoire : l’abbaye primitive a été construite en l’honneur de l’archange Saint-Michel. Elle a maintes fois servi de refuge contre l’envahisseur à la population environnante. Des armées l’ont également assiégée.  Un important incendie a eu lieu en 1776 et des parties de l’édifice se sont déjà effondrées.

Pendant la Révolution française, l’abbaye a servi de prison aux agitateurs politiques. Les moines sont retournés donner vie au bâtiment à partir de 1966.

Comme on voit, l’abbaye Saint-Michel, recroquevillée sur son île, résiste non seulement aux terribles tempêtes de l’Atlantique depuis des siècles, mais également aux pires tempêtes qui puissent exister : les folies de l’être humain.

Prix de consolation : une vue splendide sur la mer.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone