La maison: un actif précieux à long terme

La retraite et la stabilité financière sont des sujets de préoccupation pour bon nombre de gens. Nous vous présentons les grandes lignes d’un sondage national Ipsos Reid présenté par la Banque HomEquity dans un communiqué lu sur CNW.

« On observe un écart évident entre les objectifs de retraite idéale des personnes âgées canadiennes et leur situation financière actuelle », a déclaré Greg Bandler, vice-président principal, Banque HomEquity dans le communiqué dont voici la synthèse :

Tableau récapitulatif des résultats du sondage

parus dans le communiqué

Tous les répondants
  • 61 % d’entre eux prévoit conserver leur domicile actuel aussi longtemps que possible après leur retraite et que pour ce faire, ils envisagent de tirer parti de l’augmentation de la valeur nette de leur propriété.
  • Le Canadien moyen souhaite prendre sa retraite vers l’âge de 61 ans.
  • 48 % des Canadiens ne se considèrent pas prêts financièrement à profiter d’une retraite satisfaisante.
Répondants retraités
  • 78 % d’entre eux prévoient conserver leur domicile actuel.
  • Lors de leur retraite, 45 % des retraités étaient endettés lors pour : une hypothèque (28 %) ; une ligne de crédit (23 %) ; des cartes de crédit à taux d’intérêt élevé (16 %).
Répondants non retraités
  • Près de la moitié des répondants encore actifs (49 %) s’attendent à traîner leurs dettes durant leur retraite : hypothèque (19 %) ; ligne de crédit (19 %) et cartes de crédit (24 %).

M. Bandler : «Si l’endettement peut être un facteur majeur influençant les projets de retraite des aînés canadiens, le fait de tirer parti de l’augmentation de la valeur nette de leur propriété peut leur permettre d’accroître leurs liquidités et d’éliminer les dettes à taux d’intérêt élevé tout en demeurant propriétaires de leur résidence familiale. Ainsi, les propriétaires peuvent transformer leur résidence en un actif accessible qui contribue à leur plan financier.»

Notez que les répondants sont répartis comme suit dans le pays :

76 % des provinces atlantiques

73 % de la Saskatchewan et du Manitoba

62 % de l’Ontario

61 % de l’Alberta

56 % du Québec

50 % de la Colombie-Britannique

Afin d’aider les aînés canadiens à mieux coordonner leurs projets de retraite, la Banque HomEquity a diminué l’âge d’admissibilité de leur programme de revenu résidentiel CHIP, passant de 60 à 55 ans. Le but : leur donner la possibilité d’accroître la valeur nette de leur propriété afin de profiter de leur retraite.

Source : CNW / 10 août 2011

Réf : www.banquehomequity.ca

Note : Merci à M. Arthur Krzycki, Directeur, Relations publiques, Banque HomEquity d’avoir éclairci certains points avec nous.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone