La maison des esprits en Thaïlande

Vous ne pouvez pas les rater si vous allez en Thaïlande un jour. Elles sont partout, à Bangkok comme à la campagne. On dit que les voyageurs sont étonnés de les croiser devant tant d’immeubles: résidences, hôtels, édifices. Pourquoi? Parce que les Thaïlandais croient toujours aux bons et aux mauvais esprits.

Maison Esprits Thailande ISTOCKPHOTO inusite
iStockphoto LP

En construisant une petite maison qu’ils placent à proximité de l’immeuble, les Thaïlandais «purifient» le terrain et s’assurent que les occupants du nouveau bâtiment vivront en paix. En d’autres mots, ils signent un pacte avec les mauvais esprits afin de les garder éloignés.

C’est souvent vers l’astrologue que les Thaïlandais se tournent pour déterminer l’emplacement de la petite maison. D’autres sources d’informations parlent d’un brahmane, un homme habillé tout en blanc,  appelé «phram» en langue thaïe.

La plupart du temps, la petite maison sera placée de façon à ce que les gens doivent lever les yeux pour l’observer. On l’érige près de la porte principale, orientée vers le nord ou, faute de mieux, vers le sud. L’ombre du bâtiment qu’elle protège ne doit jamais la toucher.

La maison des esprits est fabriquée en série, souvent en béton. Sa forme ne doit jamais évoquer quelque chose de négatif. Une maison toute en longueur est à proscrire car elle évoque un cercueil. La forme en T est également rejetée car elle rappelle le vautour en plein vol. Ces petites maisons ressemblent souvent à des temples miniatures.

Une cérémonie empreinte de rituels regroupe parents et amis invités par le futur propriétaire de l’immeuble. Se tient-elle durant l’installation de la petite maison? Il semble que oui car, selon l’éditeur Gallimard, on disperse des petites pièces de monnaie autour du site et sous les fondations durant un rituel.

Toujours selon Gallimard, on décore la petite maison en déposant des statuettes et des figurines représentant danseurs, poneys, serviteurs, objets en plâtre et en bois. Les Thaïlandais ont cru bon de s’adapter à la réalité d’aujourd’hui car on voit apparaître des modèles réduits de voiture et autres biens de consommation.

Puis, les gens déposent régulièrement des offrandes: argent, bougie, fleurs, nourriture, encens dont les bâtons sont souvent plantés dans un crâne de cochon. Ces offrandes sont souvent quotidiennes.

Fait insolite: des Thaïlandaises en mal d’enfants déposent régulièrement des phallus en bois, cire, pierre, ciment en guise d’offrandes dans la maison des esprits située près du Nai Lert Park Hotel, à Bangkok. Nous avons vu une photo: la ressemblance est frappante.

Le long des routes de campagne, on voit des maisons des esprits placées près des virages brusques, routes bordées d’un ravin, cols de montagne. Encore là, la maison des esprits sert à protéger les Thaïlandais contre le danger. Les automobilistes klaxonnent parfois en les croisant ou s’arrêtent pour déposer des offrandes.

Selon Wikipedia, la richesse de la maison des esprits est proportionnelle à celle de l’immeuble qu’elle protège. Et ces maisons ne sont jamais détruites. Les Thaïlandais les déposent dans un lieu isolé et abandonné « pour ne pas laisser le génie sans demeure ».

 

 

Références:

Thaïlande, Bibliothèque du voyageur Gallimard, Paris 2011, 431 pages

Le grand guide de Bangkok, Gallimard, Paris, 1990, 240 pages

Wikipédia français à l’article « La maison des esprits »

Thaïlande, collection Guide évasion, Hachette, 2011, 334 pages

Thaïlande, Guides Voir, Libre Expression, 2010, 528 pages

Photo: iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone