Signature olfactive

On aura beau créer un environnement digne des grands designers, si l’odeur d’une demeure n’est pas agréable, l’impression qu’il manque quelque chose au décor subsistera. La touche finale au décor est donc subtile.

Depuis des siècles, les mauvaises odeurs sont masquées par… d’autres odeurs. Si vous lisez le livre de Patrick Suskind « Le parfum », vous aurez un aperçu de celles du 18e siècle. On y comprend aussi que les qualités d’un parfum appartiennent à l’époque et à la culture du moment.

Source : iStockPhoto

Chaque maison, chaque appartement, chaque lieu a son odeur. Quels sont les arômes qui vous calment, vous mettent de bonne humeur, vous ouvrent l’appétit? Est-ce les mêmes que ceux de votre partenaire, de vos enfants, de vos amis? Amusez-vous à leur demander.

À ma grande surprise, mon copain n’aime pas l’odeur de la vanille. Moi, elle me rappelle les gâteaux blancs faits maison. Mais je suis d’accord avec lui, les chandelles et parfum de vanille commerciale tombent sur le cœur. Là, j’ouvre une parenthèse au sujet de ces diffuseurs automatiques. Vous savez, ceux dont on doit éviter le « pouchhh » si on ne veut pas avoir l’impression de manger son parfum. De plus en plus de personnes sont hypersensibles à ces composés chimiques, synthétiques et irritants.

Saviez-vous que :

– Une mauvaise utilisation des huiles essentielles – ou tout simplement son utilisation – peut provoquer des réactions cutanées ou respiratoires. À long terme ou à forte dose, certaines peuvent devenir toxiques. C’est le cas aussi de plusieurs produits commerciaux parfumés.

– Une huile essentielle ne contient aucune trace de corps gras. Si vous en mettez une goutte sur un papier, elle s’évaporera sans laisser de trace! Voilà pourquoi les vraies huiles essentielles sont si chères.

– La chaleur risque de détruire les propriétés thérapeutiques des vraies huiles essentielles.

– Très peu d’études scientifiques confirment les propriétés thérapeutiques des huiles essentielles. Le romarin et la lavande semblent toutefois montrer des bienfaits relaxant sur les personnes. Fin de la parenthèse car nous y reviendrons dans un prochain billet.

Comment maintenant donner une odeur agréable à notre nid d’amour? Du côté des odeurs occasionnelles, l’automne est tout indiqué pour les plats mijotés. Il n’y a rien de tel pour enrayer la pression d’une journée stressante. Une branche de romarin et un peu de concentré de poulet sur votre volaille diffuseront ce parfum au pouvoir calmant. Un ragoût marocain aux effluves de muscade, curcuma, gingembre et légumes mettra un sourire aux coins de vos lèvres. Une pièce de viande saupoudrée d’une enveloppe de soupe à l’oignon ravivera des papilles gustatives. Des fèves au lard à la mélasse donneront l’eau à la bouche. Que dire de l’odeur du pain cuit au four? Ou des muffins à l’ananas? Hum… Je vous vois retrousser le nez, arquer les sourcils et plisser les yeux avec un sourire en coin. C’est agréable, non? La croyance populaire veut qu’on se rappelle davantage des odeurs que des mots. Selon des expériences scientifiques, il semble que seules les odeurs liées à une forte émotion ravivent des souvenirs.

Alors comment donner une signature olfactive plus permanente à notre demeure?  Oups! Le temps file, je vous invite à lire notre prochain billet : « Ah! Quelle odeur! »

Références : Wikipédia et

http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=aromatherapie_th

http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/f/fiche-article-pourquoi-la-memoire-des-odeurs-est-elle-si-forte-25136.php

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone