Ils veulent entretenir votre pelouse

Le gars est venu frapper à la porte de mon amie un samedi matin. « Bonjour, voulez-vous quelqu’un pour entretenir votre gazon ? Ah, vous n’êtes pas le propriétaire ! Voici ma carte d’affaires. Quand madame sera de retour, dites-lui de m’appeler n’importe quand. Je vais lui faire un bon prix. »

Voilà un discours qu’un tas de propriétaires entendent lorsque l’été approche. On dirait que plus les années passent, plus ce type d’entrepreneurs se répand. Entretenir des pelouses, c’est parfois commode pour arrondir les fins de mois.

Mais à qui se fier ?

L’Office de protection du consommateur vient de publier sur son site une série de mises en garde contre ces entrepreneurs qui, trop souvent malheureusement, se révèlent incompétents.

L’Office insiste beaucoup sur les ententes conclues à distance, soit par téléphone soit par internet. Trop souvent, avant de conclure l’entente, les gens oublient de s’informer de la politique de l’entrepreneur en matière de remboursement. Si jamais les travaux étaient bâclés, que fait-on ?

Saviez-vous que l’entrepreneur doit vous remettre une copie du contrat dans un délai de quinze jours ?

Dans les cas extrêmes de non accomplissement des travaux, il reste toujours la possibilité de recourir au tribunal, Cour du Québec division petites créances.

Mais le passage du communiqué de presse qui m’a fait sursauter le plus est le suivant. Je vous l’offre intégral.

« Depuis quelques années, des consommateurs font face à une pratique de commerce interdite par la loi. Par exemple, au retour du travail, une facture imprévue vous attend dans la boîte aux lettres. Vous avez la désagréable surprise de constater que cette facture provient de l’entreprise qui avait sollicité votre approbation par téléphone la semaine précédente. À cette occasion, vous aviez affirmé au représentant que votre décision n’était pas encore arrêtée et que vous le rappelleriez au besoin. Malgré votre refus, le commerçant a effectué le traitement.

« Pour affronter une situation semblable, vous disposez d’un atout de taille. En effet, la Loi sur la protection du consommateur interdit à un commerçant de vous facturer pour un bien ou un service que vous n’avez pas demandé. En effet, certains commerçants ont été condamnés par un tribunal pour de telles pratiques interdites. »

Avant de terminer, saviez-vous qu’il vous est possible de savoir si l’entrepreneur a déjà contrevenu à la loi?  Suffit de lire la section « Renseignez-vous sur un commerçant » dans le site Internet de l’Office à l’adresse : www.opc.gouv.qc.ca

Vous découvrirez du même coup plusieurs réponses à vos questions.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone