Humidité dégueulasse au sous-sol

On prévoit un été plus chaud et plus humide que la normale. Vousvous rappelez la semaine dernière? L’humidité chargeait de partout. À tel pointque plusieurs propriétaires ont vu des traces se répandre dans leur sous-sol.Ca dégoulinait presque. Inquiétant.

Selon l’Association provinciale des constructeursd’habitations du Québec (APCHQ), c’est un phénomène qui affecte surtout les maisonsneuves, le printemps et l’été suivant la construction. Elle met lespropriétaires en garde contre une illusion : ce n’est pas de l’eau quis’infiltre de l’extérieur, mais le béton qui dégage de l’humidité.  

Explication du phénomène par l’APCHQ :

« Les murs de fondation sont en général enfouis dans laterre; la température au bas de ceux-ci oscille entre 12 et 14 degrés Celsius.À cette température, le point de rosée est atteint lorsqu’il y a environ 70 %d’humidité relative dans l’air. Dans de telles conditions, il est normal devoir apparaître des traces de condensation sur la face intérieure des murs defondation. Ce phénomène est identique à celui de la condensation qui se produitsur une conduite d’alimentation en eau froide ou sur le verre d’une bouteillefroide lors d’une journée chaude et humide d’été. »

Il y a moyen de prévenir l’excès d’humidité, de le réduire àtout le moins. Car on s’entend qu’humidité et air sain, ça ne va pas ensemble.L’APCHQ nous donne des conseils.

« Il faut chauffer les pièces du sous-sol, et ce, mêmependant l’été afin de maintenir le bas des murs à une température de 22 degrésCelsius. L’installation de ventilateurs à palles aux plafonds et le dégagementdes meubles le long des murs permettront aussi une libre circulation de l’air.L’utilisation d’un déshumidificateur est également recommandée puisqu’il permetd’abaisser le taux d’humidité relative. 

« Par contre, il ne faut surtout pas ventiler lesous-sol en ouvrant les fenêtres ou en utilisant un échangeur d’air durant lespériodes de canicule puisque cela permet à l’air chaud et humide de pénétrer à l’intérieur,lequel se dépose ensuite sur les parties froides tels le bas des murs defondations et parfois même le plancher du sous-sol.

« Aussi, rappelons que les boîtes de carton près desmurs, les lits à caisson déposés directement sur les dalles de béton (où l’airne circule pas) et les garde-robes remplis de boîtes sans aucune ventilationfavorisent l’apparition des moisissures. 

« Si de petites surfaces de moisissures apparaissentsur les murs de placoplâtre ou les boiseries, l’application d’une solutiond’eau chaude et de phosphate trisodique (TSP) – produit que l’on trouve dans lasection peinture des quincailleries – aidera à résorber le problème. »

Vous avez sûrement remarqué que je cite souvent l’APCHQ. Unpetit mot sur l’association: l’APCHQ transige avec plus de 17 000 entreprisesréparties dans 15 bureaux régionaux. L’association gère un programme privé degarantie sur les bâtiments résidentiels neufs et sur les travaux de rénovation.La fameuse bannière Réno-Maître, c’est l’APCHQ! Ses membres exécutent 76 % destravaux en habitation au Québec. L’association est le seul agent négociateurpatronal des relations de travail dans le secteur résidentiel. Elle protège lesintérêts de quelque 13 000 employeurs et 50 000 salariés.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone