Hausse des ventes résidentielles à Montréal

Les ventes résidentielles ont grimpé de 16% dans le Grand Montréal au mois de juillet par rapport à juillet 2016. Cette performance efface celles des huit dernières années concernant juillet. Le marché immobilier reste chaud dans le grand Montréal.

iStockphoto
iStockphoto

On vous invite à lire les grandes lignes du rapport de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) qui se base sur les données Centris.

Variation des ventes par secteurs

  • Tous les principaux secteurs de la RMR ont enregistré une croissance des ventes en juillet, avec l’île de Montréal (+21 %) et Vaudreuil-Soulanges (+19 %) en tête.
  • Laval et la Rive-Nord ont connu des performances similaires. Le nombre de transactions y a crû de 14 % par rapport à juillet 2016.
  • La Rive-Sud n’est pas en reste, alors que les ventes y ont progressé de 6 %.

Statistiques par catégories de propriétés

  • Les ventes de copropriétés ont augmenté de 24 % à l’échelle de la RMR, avec 1 071 transactions conclues. Il s’agissait d’une croissance supérieure à 20 % pour un troisième mois consécutif.
  • L’unifamiliale a aussi connu une excellente performance, grâce un bond des ventes de 13 %.
  • La croissance était également au rendez-vous du côté des plex, alors que 2 % plus de ventes ont été réalisées.

Au chapitre des prix

  • À l’échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 8 %, pour atteindre 323 000 $ en juillet.
  • La moitié des plex de 2 à 5 logements se sont transigés à un prix supérieur à 489 000 $, ce qui correspond à une progression de 7 % sur un an.
  • En ce qui a trait à la copropriété, les ventes se sont conclues à un prix médian de 256 000 $, soit 2 % de plus qu’en juillet 2016.

Mathieu Cousineau, président du conseil d’administration de la CIGM, déclare : « Les conditions de marché pour la revente favorisent de plus en plus les vendeurs de maisons unifamiliales, ce qui explique pourquoi les hausses de prix sont plus soutenues depuis quelques mois. Les conditions de marché sont aussi à l’avantage des vendeurs pour le plex, tandis qu’elles sont près de l’équilibre pour la copropriété.»

Le nombre de propriétés à vendre a diminué de 15% durant la même période. D’autres informations sont disponibles.

Photo: istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page