Hausse des ventes résidentielles

Source: constructiondelaberge.ca

Le mois de juin fut positif dans le secteur des ventes résidentielles au Canada. Les hausses ont touché plus particulièrement les marchés de Montréal, Calgary, Ottawa, London, Hamilton et Victoria.

Voici les points saillants selon les statistiques publiées en juillet par l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) sur CNW :

• Les ventes ont augmenté de mai à juin, accusant un gain annuel important; cela s’explique par la baisse de la demande   notée en juin 2010.
• Les ventes conclues depuis le début de l’année correspondent toujours à la moyenne annuelle de dix ans.
• Le nombre de nouveaux mandats a également augmenté de mai à juin.
• Au total, 245 170 maisons ont changé de main par l’entremise des systèmes MLS® canadiens au cours des six premiers mois de 2011.
• Le prix moyen des maisons vendues à l’échelle nationale s’élevait à 372 700 $, ce qui représente une hausse de 8,7 % comparativement au même mois l’année précédente.
• Le prix moyen demeure toujours biaisé à l’échelle nationale en raison des ventes conclues dans les quartiers cossus de Vancouver; les hausses de prix dans les autres marchés viennent élargir l’écart.
• Même si l’activité répertoriée à Vancouver n’a pas un effet aussi important sur le prix moyen national, les gains de prix dans d’autres marchés du logement maintiennent le prix moyen national élevé.
En juin, près de 80 % des marchés locaux ont accusé une hausse de leurs prix moyens sur une période de douze mois, y compris celui de Toronto, où les gains de prix témoignent d’un rapport étroit entre l’offre et la demande.
• Le marché résidentiel national demeure bien équilibré.

Des experts commentent les données :
« La demande en logements demeure soutenue au Canada grâce aux bas taux d’intérêt, à la croissance de l’emploi et à la confiance que manifestent les consommateurs dans l’économie », affirme Gary Morse, le président de l’ACI. « Cela dit, parce que les tendances des marchés locaux de l’habitation diffèrent souvent des tendances nationales, les acheteurs et vendeurs ont donc intérêt à consulter un courtier immobilier de leur région afin de comprendre les tendances du marché résidentiel où ils demeurent. »
« Le secteur du logement canadien continue à bien se porter », constate Gregory Klump, l’économiste en chef de l’ACI. « La hausse des ventes résidentielles mensuelles à la fin du deuxième trimestre, l’optimisme du secteur commercial, les intentions d’embauche, ainsi que les indices que la Banque du Canada n’a pas l’intention d’augmenter les taux d’intérêt de sitôt augurent bien pour le marché des ventes résidentielles et les prix au cours du deuxième semestre de 2011. »

Deux points sont signalés comme importants:

  1. Les renseignements que renferme le communiqué de presse comprennent à la fois les données sur les principaux marchés et sur les ventes MLS® réalisées à l’échelle nationale le mois précédent.
  2. L’ACI signale que le prix moyen s’avère pratique pour déterminer les tendances au cours d’une période de temps, mais qu’il ne révèle pas les prix réels dans les centres regroupant des quartiers très différents, ni ne tient compte des différences de prix d’une région géographique à l’autre.
  3. Les renseignements statistiques que renferme l’analyse comprennent toutes les catégories de logements.

Source : CNW
Réf : http://www.crea.ca/fr_public/news_stats/news_releases.htm

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone