Fin du cauchemar?

Vous vous rappelez peut-être du billet où l’on parlait de cette maison rongée par les mérules pleureuses à Maskinongé. Elle a été démolie, en l’espace d’une heure seulement, à coups de pelle hydraulique le 14 juillet dernier, jour de la Bastille. Les propriétaires ont finalement accepté de suivre les recommandations du ministère du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) qui refusait de faire brûler la fameuse maison. Elle était considérée comme un « déchet ». Et il est interdit de brûler des déchets à ciel ouvert.

Le cauchemar des propriétaires risque de se poursuivre une autre année avant que la poursuite civile – d’environ 800 000 $ – qu’ils ont intentée contre les ex-propriétaires, une compagnie d’assurances et deux entrepreneurs, ne soit réglée.

On ne sait pas si la propriétaire a pu finalement récupérer autre chose que son alliance et son sac à main. Par contre, on sait que le couple se fera construire une maison derrière l’ancienne.

Ils doivent être de vrais amoureux des lieux pour rester au même endroit.

Je connais un couple qui a fui tout ce qui pouvait leur rappeler un cours d’eau. Nouvellement retraités et propriétaires d’une maison de rêve au bord du fleuve, il a suffi d’une inondation pour faire déménager mes amis à Drummondville! Pour un changement de décor, cela en est tout un! L’homme ne pouvait même plus entendre le mot « eau ». Il faut dire que les vagues ont enveloppé leur maison l’automne dernier, au moment où le fleuve a débordé de façon spectaculaire dans le Bas St-Laurent et en Gaspésie. Les experts prédisent que le drame va se reproduire.

Revenons aux mérules pleureuses. Il s’agit de champignons toxiques qui se développent lorsque certaines conditions sont réunies: humidité, lieu clos, noirceur et température entre 20 et 26 °C. À Maskinongé, des infiltrations d’eau semblent avoir créé un terrain propice dans cette « feu » maison de 155 ans.

Source (inclure les commentaires) : http://www.radio-canada.ca/regions/mauricie/2011/07/15/004-contamination-merule-pleureuse-maskinonge.shtml

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone