iStock

Fenêtre et isolant écologique

Une fenêtre davantage écologique et un nouvel isolant en paille et en crépis de chaux, voilà les deux idées qui ont retenu notre attention à la dernière exposition des finissants de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal, qui s’est tenue début mai.

L’isolant écologique Nidum se compose principalement d’un mélange de paille et de chaux, auquel s’ajoutent du sable et du ciment. Comme tous ces matériaux se retrouvent en quantités industrielles au Québec, leur transport provoque très peu de gaz à effet de serre (GES). Ce qui est déjà beaucoup.

Le produit se présente sous une forme qui se rapproche de celle du bloc de béton. La pose de ces blocs, qui servent également de structure, ne nécessite aucun mortier. Lors de notre visite au kiosque, l’un des deux étudiants ayant conçu le système insistait sur le faible coût du système Nidum par rapport aux matériaux plus conventionnels.

Prochaine étape pour Martin Roy et Nathaël Stassen, les deux étudiants en design industriel derrière le projet : la commercialisation de leur produit.

Un peu plus loin, l’étudiant Dominique Légaré expliquait aux visiteurs sa toute dernière création : le système Translation.

Voilà ce que nous dit le site Web à ce propos: «Il s’agit d’une fenêtre coulissante sur roulement à billes qui s’installe dans l’espace de 19 mm que créent les fourrures entre le gypse et le mur en colombages. La moulure extérieure avec coupe-froid intégré est indépendante de la structure de la fenêtre, de même pour la moulure intérieure. Ce concept permet de changer et de remplacer facilement les pièces étant donné l’indépendance de celles-ci entre elles.»

Le fonctionnement avec croquis à l’appui est illustré sur le site Web. L’une des qualités du système est que toutes les pièces sont indépendantes. C’est donc plus facile quand vient le moment de réparer, remplacer ou recycler.

Déclaration de Dominique: «La fenêtre n’est donc plus une unité à part entière mais plutôt un objet conçu  pour évoluer dans le temps en minimisant son impact sur l’environnement qui est trop grand depuis trop longtemps en raison des techniques de construction actuelles. »

Photo: istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page