Et ça continue!

 

Le prix moyen d’une maison à l’échelle du pays se situe maintenant à 327 736$, une hausse de 12% par rapport au même trimestre l’an dernier (juillet-août-septembre). Les taux d’hypothécaires sont bas, les gens se précipitent pour acheter leurs maisons, donc les prix augmentent.  

En fait, il s’est vendu pour 42,1 milliards de dollars de maisons pour la période juillet-août-septembre, le plus haut niveau jamais enregistré. La première raison : la Colombie-Britannique et l’Ontario ont battu des records dans leur territoire respectif.  

Il s’est acheté et vendu plus de 135 000 logements au Canada de juillet à septembre, une hausse de 18% par rapport à la même période de 2008. C’est à Vancouver que le marché de la revente de maison s’est fait le plus fébrile (34%), suivi de celui de Calgary (19%) et de celui de Toronto (11%). En fait, les ventes se sont accrues dans 80% des centres urbains du pays au cours du dernier trimestre.      

Ces statistiques sont accumulées par l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) qui regroupe 96 000 agents immobiliers à travers le pays.

« Le marché résidentiel a maintenu un rythme vigoureux au cours du troisième trimestre », souligne le président de l’ACI, Dale Ripplinger. « Les taux d’intérêt favorables, la confiance renouvelée des consommateurs et le sentiment généralisée que la sécurité s’améliore sur le plan économique continuent à attirer les acheteurs au marché de l’habitation. »

Pour le mois de septembre maintenant : 42 958 maisons ont changé de main, une hausse de 1,5 %  par rapport au mois d’août. Il s’agit de la quatrième hausse consécutive  comparativement à l’année précédente.Vancouver a explosé avec une hausse de 124%, suivie de Toronto avec 28%.

Toujours pour la période de septembre, on peut lire dans le communiqué : « Plusieurs provinces ont atteint un prix moyen sans précédent pour le mois de septembre, et l’Ontario a enregistré le prix moyen le plus élevé de tous les temps. »

Toujours en septembre, fallait compter 4,9 mois pour vendre le total des maisons disponibles sur le marché au taux de ventes actuel. En guise de comparaison, il fallait  compter 12,8  mois en janvier dernier, au plus fort de la récession.

L’ACI croit que le marché est appelé à s’essouffler au cours des prochaines semaines et que le prix moyen des maisons devrait se stabiliser.  

Pour encore plus de statistiques : www.crea.ca.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone