Epheta Porta!

Traduction : Ouvre-toi, porte! Est-ce la première phrase écrite en latin au sujet d’une porte? Nul ne le sait. On sait toutefois que, depuis la première trace écrite du mot porta en 980, les fonctions de celle-ci n’ont pas tellement changé.

La porte joue d’abord un rôle de protection. Dans l’Antiquité et bien avant, elle délimitait le territoire des humains face à celui des animaux, comme de nos jours. À cette époque, j’ose l’espérer, davantage d’animaux déambulaient dans la nature qu’aujourd’hui.

Poterne du Château de Puilaurens Photo Guillaume Paumier sur Wikipédia français

La porte, tout comme les murailles, protégeait aussi contre les envahisseurs. Dans les villes fortifiées, les petites portes appelées poternes, filtraient les allées et venues du peuple. Encastrées dans les murailles, elles permettaient aux gens de sortir discrètement si la ville était assiégée. Les portes se devaient donc d’être discrètes.

De porte de ville, elle s’est transformée en porte de lieu plus restreint. La porte d’une maison ou d’une pièce protégeait le confort des occupants contre l’imprévisible. Son ouverture gardait le feu vivant dans la cheminée. Sa fermeture permettait de conserver la chaleur de la pièce tout en éliminant l’humidité malsaine.

Il n’y a pas que l’humidité qui soit malsaine. La quarantaine, vous connaissez sûrement. Pas celle de l’âge, mais celle de la période d’isolation contre les maladies contagieuses. Une porte évite ainsi les épidémies.

Dans cette volonté de vouloir isoler, quelque chose n’a pas évolué au fil des siècles. Encore aujourd’hui, on protège son ouïe et on se protège des oreilles indiscrètes et des mauvaises langues avec des portes capitonnées ou isolées adéquatement.

Source : iStockPhoto

Quant aux autres sens, nos papilles gustatives et nos senseurs olfactifs sont aussi protégés par les portes contre les odeurs âcres, piquantes et agressantes. J’écris papilles gustatives car la langue peut « épaissir » face à un parfum trop capiteux.

Pour ce qui est du toucher, si on veut garder notre peau intacte, on garde la porte couvre-feu fermée. Conçue spécialement pour ralentir la progression du feu, cette porte doit rester fermée. Dans les corridors de condo ou d’appartement, c’est une obligation selon le service de protection des incendies. Un pompier à la retraite nous signalait qu’une porte étanche et épaisse en chêne ou autre bois dense protège bien.

Que dire des regards! Qui ne se protège pas des regards d’autrui? Ou ne protège pas son automobile, son bateau ou autres objets précieux à leurs yeux derrière une porte? Ces portes sont bien barrées et souvent protégées par un système d’alarme.

Enfin, peu importe ce qu’on protège, il faut que la porte soit bien installée. Il est donc recommandé de faire affaires avec des experts qui garantissent leurs travaux.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone