iStock

Épargne, dette, croyances

Les conseillers financiers et les spécialistes du prêt hypothécaire voient défiler dans leurs bureaux tous les profils de la nature humaine: les ambitieux, les angoissés, les impulsifs et les autres. Ils sont à même de dégager, après un certain nombre d’années, des croyances qui sont parfois éloignées de la réalité, ce qui explique peut-être pourquoi certaines personnes n’arrivent pas à épargner pour s’acheter une propriété.

Récemment, après l’analyse des résultats d’un sondage, la TD Canada Trust divulguait ce qu’on peut qualifier de trois mythes reliés à l’épargne. Il s’agit de conseils qui, s’ils se révèlent toujours aussi judicieux malgré les années, doivent s’adapter aux réalités d’aujourd’hui.

Le sondage nous apprenait que les trois conseils qui reviennent le plus souvent de la part des parents face aux enfants sont :

  1. ne pas vivre au-dessus de ses moyens (62 %),
  2. mettre de l’argent de côté pour les mauvais jours (50 %) et
  3. économiser un pourcentage de chaque paie (38 %).

Selon Émile Khayat, directeur de succursale, TD Canada Trust, l’expression «Ne vivez pas au-dessus de vos moyens» signifie davantage «Ne prenez pas le crédit pour de l’argent comptant», et non pas éviter l’endettement à tout prix. Le crédit est une force positive dans la mesure où on sait l’utiliser de façon responsable. Un prêt hypothécaire est un investissement, et non pas une dette, à condition que le détenteur ait dans sa poche un plan de remboursement.

«Prenez conscience de vos moyens en analysant les entrées et les sorties d’argent, affirme M. Khayat. Il faut faire le suivi des dépenses par rapport à un budget qui tient compte des dépenses essentielles et discrétionnaires, de l’épargne et du remboursement des dettes».

L’expression « Mettez de l’argent de côté pour les mauvais jours » signifie davantage « Mettez de l’argent de côté pour trois à six mauvais mois », et non pas pour des années.

  • khayat: « Il n’est pas réaliste de penser qu’on peut créer un fonds d’urgence en claquant des doigts. Pour commencer, prévoyez épargner l’équivalent de deux mois de revenus cette année, puis passez à quatre mois une fois que vous avez atteint l’objectif. Pour quelqu’un qui gagne 65 000 $ par année, épargner 210 $ par semaine pendant un an permet d’amasser un coussin d’environ 10 800 $, soit l’équivalent de deux mois de revenus. »

L’expression « Économisez un pourcentage de chaque paie » signifie davantage| « Économisez 10 % de chaque paie ».

  • Khayat: «Le meilleur conseil que je puisse donner est d’établir un virement automatique de 50 $ vers un compte d’épargne. Puis, réglez un rappel bimensuel dans votre calendrier pour réévaluer votre budget et chercher des occasions d’augmenter légèrement votre épargne. Mettez-vous au défi d’atteindre l’objectif d’épargner 10 % de votre paie au fil du temps. »

Si cela vous intéresse, M. Khayat apporte d’autres commentaires constructifs à la lumière des résultats du sondage.

Photo: istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone