Une école dans le jardin des morts

Ça sonne macabre?  C’est que l’Halloween est à nos portes!  Un  soupçon d’horreur aura l’avantage  de vous mettre dans le bain en prévision de la soirée où un tas de petits monstres viendront frapper chez vous.

AItre Saint-Maclou, chat de Karl Dubost sur Wikipedia
Aitre Saint-Maclou, chat momifié, photo de Karl Dubost sur Wikipedia

L’immeuble dont je vais vous parler n’a rien d’une confiserie. Aux yeux de l’auteure Christiane Lablancherie, il s’agit de l’immeuble le plus mystérieux de Rouen, ville de Normandie. Nous voilà donc au pays de Jeanne d’Arc et du roi Arthur et ses chevaliers de la Table ronde.

L’aître Saint-Maclou est un regroupement de maisons à pans de bois où des sculpteurs ont donné libre cours à leur imagination. Toutes les poutres sont garnies de frises macabres, de têtes de mort, de croix, de tibias entrecroisés, de haches, de pelles pour creuser les tombes et d’autres horreurs.

Près de la porte d’entrée, le visiteur n’a qu’à tourner la tête vers la droite pour apercevoir un chat momifié derrière une vitrine. Le squelette a été découvert dans un mur du bâtiment.  Le visiteur remarquera aussi une danse macabre tout le long des colonnes. Comme vous pouvez le constater, ce n’est pas du bonbon.

Et ce n’est pas du bonbon parce que le visiteur a les deux pieds dans un ancien cimetière de pestiférés en  déambulant à travers un énorme ossuaire. Le tout forme l’un des trois charniers du Moyen Age toujours «vivants» en France, si vous me passez le terme.

Voici l’histoire.

Aire Saint Maclou, Rouen. Photo JN Lafargue sur Wikipedia
Aitre Saint Maclou, Rouen. Photo JN Lafargue sur Wikipedia

L’année 1348 est l’année de la grande peste noire en France. Les trois quarts des habitants de Rouen meurent. Les cimetières étant pleins, on passe aux fosses communes. L’une d’entre elles se trouve à proximité de l’aître Saint-Maclou.

Nouvelle épidémie dévastatrice en 1526. On procède à l’érection de trois galeries en colombages. Comme l’écrit Christiane Lablancherie: «Le premier étage servait d’ossuaire et les ouvertures entre les colombages devaient assurer le séchage et la dissolution progressive des os jusqu’à réduction en poussière et chute sur la terre, comme cela est écrit dans la Bible. Le rez-de-chaussée était une galerie de circulation comme celle d’un cloître, où l’on inhumait les personnalités de la ville.»

Mais, nous rassure l’auteure, l’immeuble n’est pas sinistre. Il évoque davantage un cloître qu’un cimetière. La preuve: il abrite aujourd’hui les locaux de l’école régionale des Beaux-Arts.

Ce n’est pas une première. Selon Wikipedia, une école pour enfants pauvres s’est tenue autrefois au-dessus d’un cimetière toujours actif.

Lieux mystérieux en Normandie est un bouquin à mettre dans vos bagages si l’envie vous prend un jour de visiter le pays de vos ancêtres. Il va bien au-delà du guide touristique traditionnel. Il vous guide à travers les bâtiments, les vallées, les ruines des châteaux, les légendes sur fond de mystère. Je l’ai dévoré.

Que signifie le mot aître? D’après Wikipedia, le bâtiment «tire son nom du vieux français aitre, ayant eu le sens de « cimetière », issu du latin atrium, qui désigne la cour intérieure d’entrée précédant l’entrée d’une villa romaine, d’où par extension le cimetière situé avant l’entrée de l’église; et de la paroisse Saint-Maclou, dont l’église du XVe siècle se situe à proximité.»

J’y pense tout à coup. On dit que la plupart des ancêtres des Québécois de souche française habitaient la Normandie. Notre façon de parler serait normande. Combien  parmi les ancêtres des lecteurs de Casarazzi ont été enterrés à l’aître Saint-Maclou?

Références
-Liens mystérieux en Normandie, textes Christiane Lablancherie, photos Bruno Colliot, Itinéraires de découvertes, Éditions Ouest-France, Rennes,  2012, 143 pages
-Wikipedia à l’article Aître Saint-Maclou

Photos :

-Aître Saint-Maclou de Jean-Noël Lafargue sur Wikipedia Free Art License « Les galeries du charnier abritent de nos jours l’école régionale des Beaux-Arts de Rouen » mentionne Wikipédia

-Aître Saint-Maclou, chat de Karl Dubost sur Wikipedia Creative Commons CCO

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone