iStock

Durable et solide

Autrefois l’expression «investir dans la pierre» signifiait investir dans la construction et l’immobilier. Pourquoi? Parce que l’immobilier est un secteur solide et durable. Comme la pierre.

Existe-t-il un matériau naturel plus résistant, plus durable et plus solide que la pierre? On la croit presque éternelle. Pas surprenant qu’elle figure parmi les matériaux de choix en cette ère d’habitation écologique.

La pierre abonde dans la nature. Elle est recyclable, imperméable tout en étant poreuse et exige peu d’entretien ce qui éloigne nombre de produits chimiques. Elle filtre la pollution en absorbant le gaz carbonique, principal gaz à effet de serre. Atout non négligeable : elle est à l’épreuve du feu.

La pierre diminue la consommation d’énergie dans une maison car elle emmagasine la chaleur pour la redistribuer au besoin. Elle est donc un régulateur naturel de la chaleur car elle combat les écarts de température. Au Québec par contre, cet avantage écologique est moindre car le mur extérieur en pierre est séparé de l’intérieur par un matériau isolant. Mais moindre ne veut pas dire nul. Un plancher de pierre exposé aux rayons du soleil, l’hiver, viendra freiner cette perte écologique.

iStock
iStock

Ailleurs dans le monde, au sein de certaines régions montagneuses, on entasse des pierres concassées autour des fondations des maisons pour mieux affronter les vents violents et les températures extrêmes durant l’hiver. Ces pierres broyées réchauffent l’intérieur en hiver et le rafraîchissent en été.

La pierre n’est pas parfaite. Son extraction, parfois sa transformation et son transport provoquent une dépense d’énergie considérable vu la lourdeur et la masse du matériau. Toutes ces opérations libèrent une bonne dose de gaz carbonique. Il est donc préférable que la pierre soit extraite dans la région même. Plus le trajet sera court, plus le matériau deviendra écologique. Heureusement, le Québec dispose de nombreuses carrières, comme celles du granit et du marbre dans la région de Mégantic et celle de l’ardoise à Saint-Marc-du-Long, la plus importante en Amérique du Nord, selon Wikipedia.

Références
Wikipedia français à l’article ardoise

Habitat sain et écologique, Ginette Dupuy, Les éditions Quebecor, 2011, 295 pages

Guide de la maison verte, Michel Durand, Les éditions La Presse, 2008, 339 pages

 

Photos : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone