Don financier ou prêt familial

Presque un acheteur sur deux (45%) parmi les propriétaires milléniaux (génération Y) ont bénéficié d’un don financier ou d’un prêt familial pour acheter leur première maison.

iStock
iStock

Le sondage commandé par Manuvie indique également que 37% des propriétaires de la génération X et 31 % des boomers ont bénéficié d’une telle aide financière. On voit tout de suite que plus les générations passent, plus les aspirants à la propriété ont besoin d’une nouvelle source de financement, mis à part le prêt hypothécaire. Selon Manuvie, cela s’explique par…

…le fait que la croissance des revenus n’arrive pas à suivre l’augmentation des coûts de l’achat d’une maison.

Pour certains boomers qui ont aidé financièrement leurs enfants à accéder à la propriété, leur situation financière doit être très serrée car deux boomers sur cinq n’ont toujours pas remboursé leur prêt hypothécaire.

Selon les experts de la Banque Manuvie, la formule du prêt hypothécaire souple serait peut-être la solution pour les nombreux propriétaires milléniaux qui désirent acheter une propriété. Elle peut être utile également aux boomers qui s’approchent de la retraite avec un fardeau hypothécaire sur le dos.

Le reste des données du sondage concerne le taux d’endettement élevé des propriétaires. Voici les faits saillants rapportés textuellement.

  • La dette hypothécaire a augmenté de 11 % selon Statistique Canada pour s’établir à 201 000 $ l’année dernière.
  • Plus de la moitié (52 %) des Canadiens titulaires d’un prêt hypothécaire ne disposent pas de la souplesse financière nécessaire pour faire face rapidement aux dépenses imprévues. Cela malgré le fait que 78 % des Canadiens aient fait du remboursement des dettes une priorité.
  • Les milléniaux ont vu leur dette hypothécaire augmenter plus que celle de toute autre génération.
  • Près d’un propriétaire canadien sur quatre (24 %) a affirmé avoir été « à court d’argent » pour payer ses factures dans les 12 derniers mois.
  • Le sondage révèle également que 70 % des titulaires d’un prêt hypothécaire ne sont pas en mesure de gérer une hausse de 10 % de leur versement hypothécaire.
  • La moitié (51 %) des répondants disposent de 5 000 $ ou moins en fonds mis de côté pour faire face à une urgence financière, tandis qu’un cinquième n’ont aucune épargne.
  • De nombreux baby-boomers doivent affronter les mêmes défis que les propriétaires milléniaux. Quelque 41 pour cent des baby-boomers ont affirmé que la valeur nette de leur maison représentait plus de 60 % du patrimoine de leur ménage, et pour un répondant sur cinq (21 %), elle représente plus de 80 %. Cela signifie que les baby-boomers devront peut-être compter sur la vente de leur résidence principale pour financer leur retraite, puisque la valeur nette de leur maison représente une bonne partie du patrimoine de leur ménage.  Toutefois, plus des trois quarts (77 %) des répondants de la génération du baby-boom veulent demeurer dans leur maison à la retraite.
  • Le sondage de Manuvie ayant été mené à l’échelle nationale, c’est au Québec que les titulaires d’un prêt hypothécaire (76 %) seraient le plus susceptibles de connaître des difficultés en cas d’augmentation de 10 % de leur versement hypothécaire et en cas d’urgence fiscale, puisque près de 30 % d’entre eux n’ont pas de fonds d’urgence.

Photo: iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page