Designer ou décorateur?

Vous aimeriez adapter votre intérieur à vos besoins actuels et lui donner un souffle de fraîcheur? Mais vous n’avez ni le temps, ni le talent pour mener à terme votre projet. Allez-vous faire appel à un designer ou à un décorateur?

Vous hésitez? C’est normal, la confusion règne entre les deux titres. Avec l’aide de Service Canada, nous tenterons donc de vous aider à choisir la perle rare en vous décrivant les grandes lignes se rapportant à chacun de ces deux titres. Puis, nous vous offrons une façon très simple d’évaluer les candidats potentiels.

Si le vent de fraîcheur que vous voulez apporter ne touche que des éléments décoratifs comme la peinture, les tentures, les accessoires – l’ambiance quoi! – un décorateur ou décoratrice fera l’affaire. Il peut aussi effectuer des achats pour vous, peindre des murs ou vous vendre des produits par exemple. Voilà pourquoi on l’associe soit aux peintres [1], soit au groupe professionnel touchant le commerce de détail [2].

Mais si vous avez en tête un concept de réaménagement esthétique, fonctionnel et/ou sécuritaire avec des éléments décoratifs, vous devriez peut-être faire appel à un designer [3], aussi appelé technicien en design d’intérieur ou chef de projet en design d’intérieur selon Service Canada. Je dis « vous devriez » car, malgré une augmentation de la demande en design d’intérieur, il semble que ce soit d’autres professionnels qui en bénéficient.

Par contre, de plus en plus de détenteurs de diplômes postsecondaires (collégial et universitaire) accèdent à la profession de designer d’intérieur : de 77 % en 1991, ils sont passés à 89 % en 2006.

Afin de vous aider à faire le meilleur choix possible, voici une liste d’exigences et de caractéristiques liées à la profession de designer d’intérieur que pour pourriez vérifier :

-empathie (capacité de se mettre à votre place)

-créativité, dextérité et minutie (demandez des exemples de projets réalisés)

-aptitude à négocier : pas avec vous nécessairement, mais avec les fournisseurs et autres professionnels au besoin (architectes, ingénieurs, constructeurs)

Plusieurs aptitudes sont aussi essentielles :

-visualiser en 3D (demandez un croquis)

-bien estimer les coûts

-réaliser les plans

-présenter des devis

-surveiller les travaux

Vous pourriez aussi vérifier l’appartenance du professionnel à une association provinciale ou sa réussite à l’examen « National Council for Interior Design Qualification » (NCIDQ) reconnue en Amérique du Nord. Sachez que cette reconnaissance au Canada ne semble offerte que dans huit provinces : Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Québec, Ontario, Manitoba, Saskatchewan, Alberta et Colombie-Britannique.

Dernier point : si vous demeurez au Québec et en région, votre perle rare risque d’être plus difficile à trouver : 39,8 % des designers d’intérieur se retrouvent à Montréal et Laval; 21,2 % en Montérégie; 7,9 % à Québec et par exemple, 0,3 % en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Source : http://www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/5242.shtml


[1] Sur le site de Service Canada sous : 7294 – Peintres et décorateurs/décoratrices

[2] Sur le site de Service Canada sous : 6421 – Vendeurs et commis-vendeurs – commerce de détail

[3] 77,9 % des designers d’intérieur sont des femmes

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone