Des toits qui attirent l’oeil

Au premier coup d’œil, Zagreb déçoit quand on arrive de Berlin. Puis l’œil curieux s’éveille. Les clics de l’appareil photo se font entendre. Des idées de rénovation et de décoration émergent de tout ce que l’on voit.

Église Saint-Marc, Zagreb. Photo Casarazzi.
Église Saint-Marc, Zagreb. Photo Casarazzi.

Regardez ces trois toits.

Le premier portant les armoiries est celui de l’église Saint-Marc. Construite au XIIIe siècle, l’église fut rénovée six cents ans plus tard par l’architecte Herman Bollé. On a profité de l’occasion pour reproduire les armoiries de la ville de Zagreb et celles du Royaume tripartite comprenant la Croatie, la Dalmatie et la Slavonie, apprend-on dans le guide touristique de Zagreb. Impossible de manquer le toit lorsqu’on se promène dans les parages. Les touristes le mitraillent avec leurs appareils photos.

Vous préférez l’art naïf? La devanture du toit et de l’auvent du café Tvica i Marica ont de quoi vous ravir. Formant une mosaïque de carreaux en céramique, les motifs sont reproduits en un kaléidoscope de couleurs.

Café Tvica i Marica à Berlin. Photo Casarazzi

Des poissons, des pretzels, des cœurs, des fleurs, des papillons, des losanges, des carrés, des triangles, des points s’animent tantôt en blanc, tantôt en bleu ou même en rouge, jaune, vert, orange. Avec les volets en forme de biscuits, vous avez sans doute reconnu l’histoire de Hansel et de Gretel. On dirait vraiment que le bâtiment est sorti tout droit d’un conte pour enfants.

Si vous adoptez ce style de décoration, ce ne sont pas seulement les enfants qui s’arrêteront devant votre maison, le visage des grands s’illuminera certainement. Remarquez que, comme les vitraux de la Sainte-Chapelle à Paris, quand on regarde de près, on voit plein d’irrégularités dans les carreaux. Mais regroupés, ils deviennent magnifiques. Alors, n’hésitez pas à créer votre propre courtepointe de carreaux.

Mais attention! Si vous laissez pousser la verdure ou si vous ne vérifiez pas l’étanchéité du toit, il risque de tomber en décrépitude comme celui de ce commerce.

Toit à réparer, Berlin. Photo Casarazzi
Toit à réparer, Berlin. Photo Casarazzi

Le contraste entre la devanture peinte en jaune et en mauve et le toit qui semble moisi est remarquable. Les gens ne semblent pas se soucier de l’état du toit. L’effet est-il voulu? Du moins temporairement. Est-ce juste une façade?

Peut-être que, comme moi, les gens croyaient que les toits de grès résistaient au temps. Force est de constater qu’un entretien minimal est requis. Pour avoir vu plusieurs toits  sur le point de s’écrouler à Zagreb, il devient évident que la résistance de la charpente est aussi à vérifier. Peut-être est-ce la faute aux fourmis charpentières? C’est à voir. L’important est de garder l’œil ouvert et d’appeler un expert au besoin.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone