Des parents très, très, généreux!

Selon le quatrième sondage annuel de TD Canada Trust sur les logements en copropriété, 15% des parents montréalais seraient disposés à acheter une copropriété (condo) à leurs enfants.

On appelle ça un beau cadeau! Ou si vous voulez un héritage en or massif! Remarquez que l’idée n’est pas bête. Faudrait vraiment faire exprès pour gaspiller le cadeau de papa et de maman.

« Les Montréalais continuent de croire qu’il est avantageux d’acheter une propriété, que ce soit pour l’habiter eux-mêmes ou pour leurs enfants, souligne Linda Dupont, directrice régionale des ventes, Crédit personnel, TD Canada Trust. Les faibles taux d’intérêt et les dépenses mensuelles stables peuvent rendre les copropriétés très attrayantes, tant pour les accédants à la propriété que pour les investisseurs. »

C’est vrai qu’une copropriété, pour un jeune couple qui amorce sa vie familiale et professionnelle, c’est plein d’avantages. Mais la copropriété séduit un bon nombre de parents montréalais pour eux-mêmes.

Selon le sondage TD Canada Trust, le peu d’entretien que réclame la copropriété est la principale raison invoquée par les Montréalais (40%) lorsque vient le moment d’expliquer leur attraction vers cette formule de propriété. Le coût plus abordable que celui d’une maison est la deuxième raison (15%). 

Autre statistique intéressante : 64% des Montréalais qui projettent d’acheter une copropriété ou qui en possèdent déjà une n’opteraient même pas pour une maison même s’ils avaient plus d’argent dans leurs poches. On voit bien que, pour un bon nombre, ce n’est même pas une question de fric! Ou bien cela veut qu’il y a plus d’argent à faire avec une copropriété qu’avec une maison par les temps qui courent.

Un lien très étroit entre les propriétaires et la copropriété semble se tisser au fur et à mesure que les  années passent. Autre statistique qui le confirme : 33% des Montréalais désirant acheter une copropriété ou qui en possèdent une sont prêts à y élever leurs familles. 

On continue!

Une proportion de 22 % des Montréalais interrogés sont disposés à acquérir une copropriété juste pour l’investissement que cela représente, sans même l’habiter.

Par contre, 23% seulement croient que les conditions pour passer à l’action sont favorables, comparativement à 36% en 2009.

Et puis 20% d’entre eux songent à acquérir une copropriété pour la vendre dès qu’un espoir de profit se matérialise, comparativement à 32% en 2009. Le pourcentage est moins élevé, mais la copropriété comme objet de spéculation reste présente.  

On continue!

Une proportion de 96 % se montrent enclins à investir moins de 400 000 $ pour une copropriété de deux chambres.

Quant aux frais de copropriété, 7 % seulement acceptent de payer plus de 400 $ par mois. Personne, mais personne ne veut entendre parler de frais excédant les 600 $ par mois!

Pour plus d’infos, voir le site de TD Canada Trust.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone