Déneiger le toit sans accident

Pluie torrentielle, tempête de neige, froid polaire. Ces derniers jours, le Québec a eu un aperçu de l’hiver typiquement québécois annoncé par les météorologues. Ce n’est qu’un début. Faudra déneiger les toits assez souvent, semble-t-il. Prudence!

iStock
iStock

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) tient à rappeler les normes de sécurité à quiconque entreprend le déneigement d’un toit afin d’éviter les accidents : chute de hauteur, ensevelissement, électrocution, malaise cardiaque, blessure musculaire, hypothermie, engelures.

Voici les conseils de la CNESST.

  • Le meilleur moyen d’éviter une chute d’un toit est tout simplement de s’abstenir d’y grimper. Autant que possible, déneiger un toit en pente en effectuant le travail à partir du sol.
  • Lorsque l’aménagement des lieux au sol le permet, utiliser un appareil de levage pour personne (plateforme élévatrice, engin élévateur à nacelle ou plateforme à mât articulé).
  • Dès qu’il existe un risque de chute de plus de trois mètres (dix pieds), protéger les travailleurs et utiliser des garde-corps ou un autre moyen pour empêcher les accidents.
  • Porter un équipement de protection individuelle contre les chutes composé d’un harnais de sécurité, d’un cordon d’assujettissement d’une longueur maximale de 1,8 m et d’un absorbeur d’énergie fixé à un point d’ancrage dont la résistance est d’au moins 18 kN.
  • Prévoir les mesures de sauvetage appropriées en cas de chute.
  • Au sol, déterminer la zone de déversement de neige et en interdire l’accès au moyen de signaux de danger et d’une corde de délimitation.
  • Prévoir des mesures pour prévenir les risques d’ensevelissement que peuvent comporter certains types de toits en pente avec un revêtement lisse (par exemple, la tôle) et les abris de toile temporaires.
  • Puisque le détachement soudain de masses importantes de neige peut se produire sur les toitures inclinées, enlever la neige à partir du haut vers le bas du toit. Prévoir également une protection contre les chutes.
  • Déneiger les abris de toile temporaires avec un râteau de toit. Il ne faut jamais effectuer le déneigement en poussant la toile à partir de l’intérieur, car l’abri pourrait s’effondrer sur le travailleur.

De son côté, la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) insiste sur la nécessité de déneiger régulièrement le toit pour éviter que la neige ne s’accumule. Surtout si l’accumulation renferme une couche de glace à la suite d’une pluie torrentielle suivie d’un froid intense.

iStock
iStock

Si des fissures apparaissent sur les murs intérieurs, ou si les portes intérieures commencent à coincer, faites déneiger le toit même si l’accumulation vous semble anodine, conseille la RBQ.

Il faut aussi veiller à ce que les eaux venant du toit puissent s’écouler librement. Cela veut dire que les gouttières ou le drain pluvial ne doivent jamais être obstrués. Tant qu’à y être, on déneige les sorties de secours, les balcons, les remises, les garages, les abris d’auto, etc.

Tout comme la CNESST, la RBQ recommande de déneiger le toit à partir du sol, si possible en utilisant un grattoir à toiture muni d’un manche télescopique. Déneiger à partir des hauteurs risque, mis à part le danger d’une chute, de détériorer la membrane d’étanchéité du toit.

Cela étant dit, vous pouvez toujours faire appel à un spécialiste pour faire le travail. Non seulement il a l’expérience, mais il possède également les outils pour déneiger votre toit.


Photo: iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page