De plus en plus de logements vacants

Source: iStockphoto LP

À Trois-Rivières, on le pressentait. Suffisait d’une promenade pour s’apercevoir que le nombre de pancartes affichées avait bondi ces derniers mois.

Les plus récentes statistiques de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) le confirment, non seulement à Trois-Rivières, mais ailleurs au Québec.

Le taux d’inoccupation dans les principaux centres urbains de la province était de 3% en octobre dernier comparativement à 2,6% en octobre 2011.

L’augmentation la plus vertigineuse du taux d’inoccupation se trouve à Trois-Rivières, soit de 3,9% à 5,2%, suivi d’Ottawa-Gatineau (2,2 à 3,3) Saguenay (1,4 à 2,0) Québec (1,6 à 2,0) Montréal (2,5 à 2,8) et Sherbrooke (4,7 à 5,0).

Trois-Rivières et Sherbrooke sont donc les deux villes dont le taux n’inoccupation est supérieur à 5%. Québec et Saguenay sont les régions qui s’en tirent le mieux.

« L’évolution et l’état des marchés locatifs au Québec reflètent toujours l’incidence des facteurs fondamentaux sur l’offre et la demande. Pour ce qui est de l’offre, elle est demeurée généralement stagnante dans plusieurs des grands centres urbains du Québec durant cette période. Pendant ce temps, la demande, bien qu’étant demeurée soutenue, s’est vraisemblablement relâchée en raison de l’accession à la propriété plus forte et d’une formation moindre de jeunes ménages locataires», explique Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL pour le Québec.
Quant au loyer moyen, le bond le plus significatif entre octobre 2011 et octobre 2012 se trouve à Ottawa-Gatineau : 705$ à 721$.  La région affiche toujours le loyer moyen le plus élevé de la province. Suivent Québec (712$), Montréal (692$), Sherbrooke (565$), Saguenay (527$) et Trois-Rivières (526$).

Si on procède par type de logement, le loyer moyen dans les centres urbains de plus de 10 000 habitants était d’environ 515 $ pour les studios, 600$ pour une chambre, 680$ pour deux chambres et 800 $ pour trois chambres et plus.

Autres statistiques de l’Enquête sur les logements locatifs de la SCHL: en excluant les immeubles neufs, le loyer moyen au Québec a progressé de 0,7 % comparativement à 2,6% d’octobre 2010 à octobre 2011.
À Montréal, environ 11 % des copropriétés étaient offertes en location comparativement à 9,3 % en octobre 2011, tandis que le taux d’inoccupation est resté fixe à 2,7 %. À Québec, le pourcentage offert en location est passé de 6,3% à 9%. Le taux d’inoccupation est stable à 2,2%.

Pour en savoir davantage, consultez le tableau de la SCHL

Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone