iStock

Une cuisine typiquement écologique

Mise à part la salle de bain, la cuisine est la pièce qui fait le plus souvent l’objet de travaux de rénovation. Cela fait partie de vos projets? Si oui, que diriez-vous d’une cuisine écologique? On vous donne les grandes lignes.

  • Comme pour le reste de la maison, jetez votre dévolu sur des matériaux de revêtement écologiques, c’est-à-dire renfermant un bon pourcentage de matériaux recyclés.
  • Le gypse est une pierre naturelle qui abonde dans les sous-sols de la planète et entre dans la production du fameux «gyproc». De plus, on en trouve en grande quantité au Canada. Mais préférez quand même le gypse synthétique (recyclé) au gypse naturel. Et écartez pour le moment le gypse en provenance de Chine.
  • N’utilisez aucun bois d’origine tropicale en guise de matériau. Comme le teck par exemple. Le transport de ces essences sur des milliers de kilomètres contribue à la production de gaz à effet de serre (GES).
  • Pour le dosseret (espace vertical entre les armoires et le comptoir), optez pour un matériau non-organique et d’une hauteur minimale de 6 pouces.
  • Il est possible d’acheter un comptoir ou plan de travail fait de matériaux recyclés. Si vous voulez du neuf, allez-y avec un matériau robuste et durable. Écartez tout ce qui contient des composés organiques volatils (COV) et même l’époxy.
  • Avant d’opter pour un sol neuf, informez-vous s’il existe un moyen de refaire le plancher sans tout changer. Exemple : saviez-vous qu’il est possible de réutiliser un plancher de béton usé? On polit la dalle, on la recouvre d’un scellant et le tour est joué.
  • Si vous vous tournez vers un plancher neuf, bannissez les peintures et adhésifs truffés de COV. Allez-y avec des produits naturels à base d’eau pour éviter les émanations toxiques.
  • Choisissez une peinture et des enduits à faible teneur de COV et d’alkyde. Vous respirerez un air plus sain.
  • L’urée-formaldéhyde, appelé formol, est un gaz toxique qui se cache dans plusieurs matériaux: colle, bois aggloméré, contreplaqué, panneaux de fibres (MDF), mélamine, etc. Ce gaz rejette des COV, entre autres sous la pression de l’humidité et d’une température élevée, parfois cinq ans  après sa fabrication. Or, ces matériaux sont souvent utilisés dans la fabrication de caissons d’armoires. C’est à  proscrire dans la mesure du possible. Les matériaux recommandés sont le bois massif de provenance locale: chêne, hêtre ou érable, du moment que les produits d’entretien sont naturels (cires, huiles, vernis).
  • Vous aurez compris qu’un matériau écologique est un matériau sain, fortement recyclé et provenant d’une distance raisonnable pour éviter la multiplication des GES.
  • Évidemment, ne jetez aucun résidu recyclable. Offrez-les à des entreprises spécialisées dans la gestion des déchets de rénovation, ou à l’écocentre, le centre de tri ou le recycleur le plus près de chez vous.

Ces grandes lignes sont tirées du site de l’organisme Écohabitation. C’est très peu comparativement à la masse d’informations que vous retrouverez sur le site. Et tout est clairement expliqué.

Photo : istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *