iStock

Le côté pratique d’un courtier

Le printemps approche. Pour plusieurs d’entre vous, c’est la course folle vers l’achat d’une première propriété. Justement, pour que la course se révèle moins folle que prévu, il y a une solution: appeler un courtier. La liste des avantages est longue. Voici les principaux.

Si le temps est une denrée rare pour vous, le courtier sera le bienvenu car non seulement il se chargera du gros du travail, mais il opérera en mode accéléré sans brûler aucune des étapes.

Deux angoisses guettent souvent le premier acheteur : le dépassement des coûts et le malheur de tomber sur un vice caché une fois la propriété achetée, ce qui pourrait impliquer des travaux de rénovation non prévus et, peut-être, des complications juridiques. Encore là, le courtier immobilier soutient le premier acheteur en le conseillant afin de réduire les risques.

Le courtier immobilier aide aussi le premier acheteur à mieux gérer son stress. Ce faisant, il lui évite un tas de pièges: décision trop rapide aux conséquences désastreuses, mauvaise connaissance de la loi et des règlements, communication déficiente avec le propriétaire de la maison que le premier acheteur convoite.

L’achat d’une première propriété oblige à se pencher sur un tas de documents qu’il faut déchiffrer: promesse d’achat,  certificat de localisation, acte de vente, etc. Pour un premier acheteur, s’y retrouver n’est pas facile. Et gérer la paperasse n’est pas donné à tout le monde. Si l’acheteur a le devoir et la responsabilité de parcourir tous ces documents, il peut très bien recourir à un courtier immobilier le guider et le conseiller.

Comme on peut le voir, le premier acheteur est avide d’informations de toutes sortes et c’est normal. Par contre, il peut perdre un temps fou à chercher à droite et à gauche. De par ses connaissances acquises au fil des années, le courtier sait le diriger pour lui éviter de gaspiller temps et argent.

L’univers de l’hypothèque est à apprivoiser pour le premier acheteur. Le courtier immobilier a tout ce qu’il faut pour lui venir en aide.

Fixer un prix pour une première propriété n’est pas chose facile pour un premier acheteur dénué d’expérience. Le courtier immobilier sert alors de guide.

Vous êtes premier acheteur et vous voulez absolument une maison dans un quartier précis?

Bien sûr, il y a internet qui fournit un tas d’informations. Mais avez-vous pensé à cogner à la porte d’un courtier immobilier ? Parfois, il possède une bonne longueur d’avance car il sait quelles propriétés seront mises en vente sur le marché, sous peu, et dans un secteur précis.

iStock
iStock

Souvent, un premier acheteur résiste à la tentation de faire appel à un courtier immobilier car il craint de jouer le mauvais numéro. C’est qu’il ne sait pas qu’il peut consulter le dossier du courtier dont il veut retenir les services. Il lui suffit de se rendre sur le site de l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) et de taper le nom du courtier pour vérifier l’historique de son permis de pratique et un résumé des formations qu’il a suivies. Le premier acheteur doit aussi savoir que tous les courtiers immobiliers ont suivi le Programme de formation continue dispensé par l’OACIQ.

Attention! Le courtier immobilier ne prend pas les décisions pour le premier acheteur. Il est un professionnel au service du premier acheteur. Donc, le courtier immobilier propose, mais c’est le premier acheteur qui décide.

Photos: istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone