Copropriétés à MTL: un marché d’acheteurs

Il faudra encore quelques années avant que le marché de la copropriété tourne en faveur des vendeurs à Montréal, le temps que les unités existantes s’écoulent. Ce sera du moins le cas en 2015 et en 2016.

iStockphoto LP
iStockphoto LP

David L’Heureux, analyste principal de marché à la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) qui dévoilait ce matin les perspectives du marché de l’habitation dans la région de Montréal. «Le nombre de copropriétés inoccupées continuera d’augmenter et dépassera vraisemblablement le sommet atteint en 2006 (3 200), indique M. L’Heureux. Parmi les 2 600 copropriétés inoccupées en ce moment, plus de 500 ont été achevées il y a plus d’un an.»

Francis Cortellino, aussi analyste principal: «La demande de copropriétés neuves des dernières années n’a pas été gonflée par les spéculateurs, étant donné que très peu de copropriétés neuves sont revendues rapidement. De plus, dans les immeubles en copropriété récents du centre-ville de Montréal, la proportion d’investisseurs, locaux ou étrangers, n’est pas plus grande que dans les autres immeubles.»

Et M. L’Heureux de compléter:

«Plus de 35 % des copropriétés sont maintenant vendues dans un délai supérieur à quatre mois, une proportion qui a augmenté de façon marquée avec la détente du marché des dernières années.»

Voici les grandes lignes pour le marché de Montréal:

-En 2015, le nombre de mises en chantier diminuera de 6 % en regard de 2014.

-Le nombre de transactions Centris® augmentera de 4 % en 2015 et de 2 % en 2016.  Les acheteurs en sortiront gagnants.

-La progression du prix moyen sera d’environ 1 % par année.

-Les logements mis en vente par les propriétaires eux-mêmes forment une offre non négligeable, soit environ 20 %.

-Sur le marché locatif, le taux d’inoccupation des appartements sera stable en 2015 et 2016, soit 2,5%.

-La construction d’unités locatives devrait reprendre quelque peu. Le taux de roulement est d’environ 20 % sur le marché.

-Les personnes de 75 ans et plus seront à l’origine de 60 % de la croissance de la clientèle locative d’ici 15 ans.

-L’exode des familles vers la banlieue se poursuit, freiné en partie en partie par les nouveaux arrivants issus de l’immigration, ce qui fait dire à Geneviève Lapointe, analyste principale, que «l’immigration continuera à alimenter la demande de logements locatifs sur l’île, mais aussi l’accession à la propriété, puisque les immigrants tendent à y rester lorsqu’ils deviennent propriétaires.»

-Ville-Marie est l’arrondissement qui présente la hausse la plus importante de l’offre de copropriétés existantes et l’un de ceux où le marché est le plus favorable aux acheteurs.

-Ville-Marie a fait grimper le total des mises en chantier dans la région grâce à la construction de plusieurs tours résidentielles. Mme Lapointe: «Dans les prochaines années, l’achèvement de ces grands ensembles en copropriété entraînera une hausse des stocks et incitera les constructeurs à tempérer leur rythme d’activité, notamment au centre-ville.»

-Ralentissement du côté des logements en propriété absolue, surtout en banlieue, ce qui favorise les acheteurs sur le marché de la revente.

-La mise en œuvre du plan métropolitain d’aménagement et de développement sur le territoire de la métropole limitera la construction de maisons individuelles au cours des prochaines années, sur l’île et en banlieue.

Lien : SCHL

Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone