iStockphoto

Copropriété: un bémol apporté

Le Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ) a longuement salué la mise en orbite du site lacopropriete.info, annoncée en grandes pompes cet été par la Chambre des notaires du Québec et le ministère de la Justice.

Le site sera utile, sans aucun doute, pour les copropriétaires et futurs copropriétaires au Québec, dit l’organisme.

Mais il y a un bémol.

Le RGCQ déplore l’approche bande dessinée du site. Elle ne cadre pas avec les difficultés que vivent les copropriétaires, soutient-il.

Yves Joli-Coeur, avocat, secrétaire général du RGCQ et membre du Comité consultatif sur la copropriété, explique:

«Pour tout dire, des milliers de copropriétaires québécois ne la trouvent plus drôle à l’heure actuelle. Leurs primes et franchises d’assurance ont grimpé en flèche, par le fait d’un mauvais entretien généralisé des immeubles dans lesquels ils vivent, voire de bâtiments dont la construction est déficiente. Et tout récemment, Aviva Canada a tourné le dos à ces mêmes copropriétaires, car la copropriété québécoise n’est plus rentable pour cette compagnie d’assurance. Aviva n’a pas mâché ses mots : les fonds de prévoyance insuffisants ont largement justifié ce retrait.

«En somme, alors que le gouvernement québécois tarde à annoncer sa réforme législative sur la copropriété, l’Ontario en est à la énième réforme de sa loi de 1998 sur les condominiums (Condominium Act). Le gouvernement ontarien prend les choses au sérieux, tandis que le Québec piétine sur cette question. À preuve, les dernières modifications du cadre législatif portant sur la copropriété québécoise remontent à 1994, lorsque le Code civil du Québec a été bonifié. Depuis ce temps, pratiquement rien n’a été fait.

«Tout cela pour dire que la copropriété québécoise ressemble à tout, sauf à une bande dessinée humoristique, ce que nous inspire à plusieurs égards lacopropriete.info ».

Mis au courant de la création du site lacopropriete.info, un copropriétaire de notre connaissance nous a expliqué: «Je sais que la copropriété pose des problèmes de toutes sortes. Pour le moment, ce que nous avons vécu comme copropriétaires n’est pas trop mal, mais comme un peu partout les premiers copropriétaires n’ont pas engrangé les fonds nécessaires pour l’entretien et laissé aux prochains la charge entière des rénovations dues au vieillissement, certains diront que c’est normal,  mais pour moi ce n’est pas comme cela que ça devrait se passer. Et là effectivement il faut des structures juridiques plus fortes et plus précises pour encadrer tout cela. Nous avons été pris dans cette dynamique des rénovations obligatoires après 20-25 ans.»

Photo: iStockphoto

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone