C’est le temps d’acheter

iStockphoto
iStockphoto

«Actuellement, les acheteurs québécois partout dans la province bénéficient des conditions les plus favorables des derniers mois. Les récentes améliorations de l’accessibilité à la propriété, de même que les derniers gains des plus encourageants sur le plan de l’emploi, ont sans aucun doute contribué à tirer le marché provincial de sa morosité. »

Ce n’est pas moi qui le dis, mais Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef chez RBC. M. Wright s’appuie sur les conclusions du plus récent rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété, publié à chaque trimestre par les analystes de Recherche économique RBC.

Pour un troisième trimestre consécutif, soit d’avril à juin dernier, acheter une propriété est devenu encore plus facile au Québec en ce sens que l’achat fait moins mal au budget du ménage que les mois précédents. Et cela concerne tous les types d’habitation, du bungalow à la copropriété en passant par la maison à deux étages.

Les analystes de RBC sont arrivés à cette conclusion en calculant la part du revenu avant impôts qu’un ménage doit consacrer aux coûts de propriété d’une maison, ce qui inclue versements hypothécaires, services publics et impôts fonciers.

« Le ralentissement de la croissance démographique, la faiblesse de l’économie et le nombre élevé de nouveaux appartements en copropriété invendus à Montréal continueront de représenter un défi pour le marché québécois à court terme, mais les conditions d’accessibilité à la propriété ne devraient pas constituer un obstacle pour les acheteurs potentiels de la province », ajoute M. Wright.

Selon le rapport de RBC, Montréal a connu la plus forte baisse des coûts de possession d’une propriété au cours de la dernière année au Québec.

  1. Wright explique: « Bien qu’à Montréal les prix soient restés stables au deuxième trimestre en raison d’un certain équilibre entre l’offre et la demande dans quelques segments de marché, c’est l’amélioration notable de l’accessibilité durant la dernière année qui a contribué à stimuler le marché de la revente dans la région. Le grand nombre d’appartements en copropriété construits récemment, mais toujours invendus demeure un problème de taille. Toutefois, on a observé une légère baisse de ce nombre de propriétés au deuxième trimestre, ce qui semble indiquer que les choses évoluent dans la bonne direction. »

Pour obtenir de l’info :

L’accessibilité à la propriété au Québec, 2015-08-31

L’écart entre les niveaux d’accessibilité à la propriété dans les différents marchés au Canada

Photo : iStockphoto

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone