Ceci est un hôtel

À Bora-Bora, on fait la sieste en écoutant la mer murmurer sous le plancher. Au Kenya, on se prélasse dans sa chambre d’hôtel pendant que lions, buffles, guépards, hyènes et autres bêtes sauvages circulent sous nos pieds. De temps en temps on jette un coup d’œil à l’extérieur. Regarde là-bas, une girafe!

Tout ça grâce à la construction sur pilotis.

Carole et sa fille Catherine, future anthropologue, sont revenues enchantées de leur voyage au Kenya. Elles nous ont rapporté cette photo du Sarova Salt Lick Game Lodge où elles ont habité lors de leur périple en Afrique. Savez-vous qui a construit cet hôtel plutôt insolite? Hilton International! C’était en 1972.

Construit sur pilotis, l’hôtel permet aux touristes d’observer le va-et-vient des animaux africains sans qu’ils aient le besoin de participer à un safari. Les animaux viennent s’abreuver dans une source située à proximité. Aucun tort n’est causé à la faune puisque l’hôtel n’obstrue pas le chemin de migration naturel.

Hotel Kenya Afrique CASARAZZI inusite
Sarova Salt Lick Game Lodge. Source : Casarazzi

La région visitée par Carole et Catherine s’appelle Taita Hills Wildlife Sanctuary. Elle est située au sud-est du Kenya, à quelque 200 kilomètres de l’Océan Indien et non loin de la frontière de la Tanzanie. À l’horizon se profile le Kilimandjaro.

Simple en soi, la technique de la construction sur pilotis avait été conçue à l’origine pour permettre à l’être humain d’échapper au danger: bêtes sauvages, fléaux naturels, sol spongieux. La technique remonte aux temps préhistoriques. De nos jours, l’industrie du tourisme a vite compris tout le potentiel commercial qu’elle avait à tirer de cette technique ancestrale. Des habitations sur pilotis poussent un peu partout dans le monde en vue d’une exploitation touristique, surtout au bord des lacs.

Si les bungalows sur pilotis permettent de profiter de la mer dans toute sa plénitude à Bora Bora, quelle est la sensation de s’élever au-dessus de la terre pour savourer pleinement l’Afrique? On suppose qu’il faut vivre l’expérience pour la ressentir vraiment.

Pour un léger aperçu, laissons l’auteure Pattie Boyd nous décrire le souvenir de ces années d’enfance en Afrique: « J’ai aimé le Kenya. J’ai aimé le ciel immense, les paysages qui n’en finissent plus, l’incroyable sensation de l’espace et le ciel, la nuit, rempli d’étoiles en apparence si près qu’on peut presque les toucher. Allongée dans mon lit, j’écoutais les bruits de la nuit… Mais ce qui m’ensorcelle le plus de l’Afrique, c’est l’odeur. L’odeur des poivriers, des herbes sauvages, de la chaleur et de la poussière. Ce mélange est inoubliable. Chaque fois que je retourne au Kenya, ce que j’ai fait souvent depuis que je suis adulte, l’odeur que je respire me ramène à mon enfance. »

 

 

Références:

Majestueux Kenya, collection Club Méditerranée, Michel et Christine Denis-Huot, Éditions Atlas, 127 pages. Paris.

Wikipedia (anglais) à l’article Sarova Salt Lick Game Lodge

Wikipédia français à l’article sur les pilotis.

Boyd, Pattie; Junor, Penny (2007). Wonderful Today: George Harrison, Eric Clapton, and Me. Headline Publishing Group

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Une réflexion sur “ Ceci est un hôtel ”

  1. Quel bel article! C’est une excellente idée de nous faire connaître des hôtels à l’étranger dont l’architecture est particulièrement novatrice et dont les propriétaires ont à coeur l’environnement.
    Ce serait intéressant de recenser les hôtels et maisons d’hôte appartenant à des Canadiens dans le monde.

    Merci.
    Roberta Peressini

Les commentaires sont fermés.