Archives pour la catégorie Environnement

Isoler à la façon écologique

On annonce un hiver typiquement québécois. Cela veut dire froid, tempête et humidité. L’isolation de votre propriété est-elle à revoir? Si oui, c’est l’occasion idéale d’effectuer votre premier geste écoresponsable. De plus, vos frais de chauffage diminueront.

iStock
iStock

Isolation signifie amélioration du confort, protection contre le bruit extérieur et économie d’énergie. D’où l’importance d’avoir un système d’isolation adéquat.

D’abord, quelques notions de base. L’air chaud ayant tendance à s’élever pour faire place à l’air froid qui se dirige vers le bas, l’isolation du toit est la priorité. Ne pas négliger la tuyauterie, même si cela semble anodin. Et se rappeler qu’un isolant judicieusement installé est un isolant qui ne présente aucune perte thermique, donc sans joints ni ouvertures.

Selon de nombreux experts, l’isolant écologique permet d’économiser davantage d’énergie que les laines minérales. La condensation d’humidité est moindre car l’isolant écologique respire beaucoup mieux. De plus, il irrite moins la peau lors de l’installation. Continuer la lecture

iStock

Les panneaux solaires gagnent du terrain

Le nombre de propriétaires se dotant de panneaux solaires explose au Québec. Dans dix ans, le prix des panneaux sera si bas qu’il séduira un nombre croissant de propriétaires, face au tarif d’électricité d’Hydro-Québec. On atteindra alors le point du non-retour.

Un article de LaPresse.ca nous apprend que le nombre de propriétaires produisant eux-mêmes leur électricité grâce à l’installation de panneaux solaires est passé de 58 en 2013 à 147 le 1er août 2017.

Pour le moment, les tarifs plutôt avantageux d’Hydro-Québec freinent l’élan des propriétaires tentés par l’aventure du solaire. Mais les dirigeants d’Hydro, nous apprend l’article, construisent des scénarios pour mieux absorber l’escalade, c’est-à-dire la diminution en besoins d’électricité au Québec. Continuer la lecture

Une maison écologique, c’est payant!

Peut-être que le tapage entourant le réchauffement climatique vous laisse froid. Tout comme la nocivité de certains matériaux sur la santé des occupants d’une maison. Vous êtes sceptique. Mais soyez certain d’une chose : une maison écologique, c’est payant. Voici les preuves.

Selon une étude de marché commandée par Écohabitation, plus de 60% des entrepreneurs interrogés affirment que le coût de la construction d’une maison écologique dépasse de 2% à 5% celui d’une maison conventionnelle. Par contre, plus de 60% des courtiers immobiliers interrogés soutiennent que la valeur ajoutée se situe entre 5% et 15%. On voit tout le potentiel de la revente que réserve une maison écologique. Le profit est intéressant.

iStock
iStock

D’ailleurs, les experts de la Société canadienne d’hypothèque et de logement se montrent formels: la maison écologique renferme une valeur ajoutée qui est loin d’être négligeable. La raison est simple : les normes écologiques sont les normes de l’avenir. En d’autres termes, ce n’est pas une mode, mais une obligation.

Même si la construction ou l’achat d’une maison durable, et même la rénovation écologique, impliquent des dépenses supérieures, dites-vous que l’aide financière pleut de partout.    Continuer la lecture

iStock

Recyclage, verre, appareils réfrigérants

Deux bonnes nouvelles ont marqué le domaine du recyclage depuis le début de l’été. Laval a démarré une collecte spéciale pour les appareils réfrigérants tandis que l’arrivée de nouveaux équipements novateurs vont permettre d’accélérer et d’améliorer le recyclage du verre.

Engagée comme la plupart des villes dans le combat contre le réchauffement climatique accéléré, Ville de Laval a annoncé que les citoyens n’ont qu’à communiquer avec la municipalité en composant 311 afin de se débarrasser de leurs vieux frigos, congélateurs, climatiseurs et autres appareils réfrigérants. Continuer la lecture

iStock

Toits blancs, toits frais

La climatisation est une alliée du réchauffement climatique puisqu’elle émet des gaz à effet de serre (GES). Pour diminuer son taux d’utilisation, il faut faire réverbérer les rayons du soleil, donc sa chaleur. Les toits noirs absorbent toute la chaleur solaire et la répercutent dans l’habitation. Les toits blancs, eux, la réfléchissent.
Montréal et d’autres villes en Amérique du Nord, engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique, font des pieds et des mains pour multiplier les toits blancs sur leurs territoires. Continuer la lecture