Dans nos vieilles maisons nous bouffons, nous bouffons !

Source: iStockphoto LP

Ça y est, on vient d’avoir notre party de famille

Invitation chez ma tante Marie, c’est chez elle cette année.

On arrive avec les enfants en début d’après-midi car on sait qu’il y aura des jeux de toutes sortes. Chaque famille apporte quelque chose à grignoter ou pour le souper et de la boisson. Sans cette manière de faire, peu de personnes peuvent recevoir les 42 membres de la grande famille.

On a déjà loué une petite salle et on a essayé d’aller au restaurant, mais franchement, rien de vaut l’ambiance et la liberté qu’offre une maison.

Toutefois, qui peut se vanter d’avoir tout le nécessaire pour recevoir autant de personnes? On n’achète pas une maison en fonction des réunions familiales.

Nous avons trouvé un bon truc afin de faciliter l’organisation de la maison pour cette circonstance. On s’est équipé d’un « kit-pour-recevoir-la-gang ». Ce kit comprend trois tables pliantes, quatre grands bancs et des boîtes remplies de vaisselle de Noël et d’ustensiles. La personne qui reçoit peut aller chercher le tout chez oncle Charles qui l’entrepose dans son sous-sol.

Cette réunion familiale dans une maison donne un cachet particulier à ces rencontres. C’est un bel art de vivre qu’on se donne en agissant de la sorte.

De par nos vies bien remplies, nous n’avons pas beaucoup d’occasions de se réunir tous et toutes en même temps.

L’après-midi passe rapidement et arrive l’heure du souper qui s’étend sur au moins deux heures. Y’a tellement de bonnes choses ! On veut goûter un peu de tout et on sort de table repu, presque essoufflé.

Charles me demande: «Est-ce obligatoire de toujours manger à se défoncer ?»  Je me pose la question également. Pourquoi fait-on cela? Serait-ce parce que nous nous trouvons à la maison et non au restaurant? Probablement.

Non, non ajoute Charlotte qui vient de s’introduire dans la conversation. Selon elle, c’est parce que l’ambiance est bonne et que la table est toujours tellement belle.

Source: iStockphoto LP

Mais ce n’est pas une raison pour manger comme des cochons, rétorque Charles.

En fait, oui, c’est un peu les raisons qui nous incitent à manger plus qu’à l’habitude, mentionne tante Marie. Elle s’y connaît puisqu’elle est diététicienne.

Elle précise que ce qu’on met sur la table fait le plus souvent partie de nos  « aliments confort », c’est-à-dire des aliments qui nourrissent non seulement le corps, mais aussi notre âme. Ils nous rappellent notre enfance, notre mère, notre grand-mère et sont liés à des événements heureux de nos vies respectives.

Autres facteurs : les discussions interminables, les rires et les chansons. Tout cela contribue à la rage d’engloutir les aliments sans laisser au corps le temps de nous faire prendre conscience qu’on n’a plus faim.

Et finalement, il faut considérer que certaines boissons contribuent à faire en sorte que la sensation de satiété est moins évidente.

Petite observation: remarquez comme les jeunes familles apportent davantage d’aliments santé à grignoter pour remplacer nos croustilles et chocolats ! En agissant ainsi, elles créent des aliments conforts plus santé pour leurs petits.

Charles fait remarquer qu’il est trop tard pour notre génération d’assimiler ces aliments santé. Ben non, il est toujours temps de se construire de nouveaux aliments confort. Suffit juste d’un peu de patience.

Alors, on se souhaite un Joyeux Noël et une nouvelle année remplie de nouveaux aliments confort santé.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone