Boom planétaire à Montréal

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Nous sommes chanceux à Montréal. Nous avons deux «superlatifs» en immobilier : la tour penchée la plus haute du monde, celle du Stade olympique, et le dôme géodésique  le plus gros de la planète parmi ceux qui affichent une forme parfaitement sphérique.

Vous froncez les sourcils, je le vois d’ici. Quel dôme? Celui de l’île Sainte-Hélène qui couvre le Musée de l’environnement. Ce dôme est devenu un symbole de la ville de Montréal avec ses 80 mètres de diamètre

Le dôme a perdu un peu de son prestige aujourd’hui. Il ressemble davantage à un attrait touristique. Pour les baby boomers par contre, le dôme de l’île Sainte-Hélène est celui du pavillon des États-Unis lors de l’Exposition universelle de 1967. Ce pavillon était le plus beau, le plus prestigieux, le plus étrange de tous les pavillons de l’île. Le dôme était une curiosité planétaire.

Selon Wikipedia, «la sphère est le pavillon le plus visité de l’exposition avec 53 millions de visiteurs, des files d’attente interminables attendant patiemment pour le visiter et se rendre au sommet de l’édifice via ce qui était à l’époque l’escalier mobile le plus long du monde.»

Et oui, cette grosse boule fut autrefois un bâtiment en soi avant d’être victime d’un incendie en 1976  qui a détruit l’enveloppe de polymère, ne laissant que la structure en acier. Ne sachant que faire de la structure, les autorités ont décidé d’y aménager un musée consacré à l’environnement. On l’appelle désormais la Biosphère. Le musée a ouvert ses portes en 1995.
Même si elle attire moins les regards désormais, cette grosse boule reste le dôme le plus volumineux du monde. Il est l’œuvre de l’architecte américain originaire du Massachusetts  Richard Buckminster Fuller. Sans l’avoir inventé, cet homme a tellement perfectionné le dôme géodésique que le modèle a fait le tour de la terre.

Il a construit son premier dôme au Vermont en 1945. La sphère avait un diamètre de 4,3 mètres. Ébloui, le gouvernement américain a fait construire des tas de dômes pour les Marines de son armée.

Quelque 300 000 dômes géodésiques, sphériques ou demi-sphériques,  se dressent dans le monde. Ils abritent centre commerciaux, centres sportifs, salles de spectacles, hangars, habitations et bien d’autres bâtiments.

La construction du dôme et du pavillon américain de l’île Sainte-Hélène marquait en 1967 une étape dans l’histoire de l’architecture contemporaine, ne serait-ce que par la dimension de la structure. Le boom était planétaire.
Vous voulez des preuves? Le dôme de l’île St-Hélène apparaît dans un épisode de la série télévisée Battlestar Galactica.  Puis le célèbre cinéaste américain Robert Altman (S.M.A.S.H et Popeye) a tourné des scènes sur le site pour les besoins de son film Quintet dont le scénario évoque une forme d’apocalypse.

Références:
Wikipedia français aux articles Biosphère, dôme géodésique, Richard Buckminster Fuller

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone