iStockphoto

Baisse des mises en chantier à Québec

«Très bientôt, le vieillissement démographique aura d’importants impacts sur l’offre et la demande d’habitations visant les ménages de 75 ans et plus, groupe d’âge dont la population est sur le point d’augmenter plus rapidement ». C’est ce qu’a déclaré Kevin Hughes, économiste principal à la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) pour le Québec, devant un parterre de 500 décideurs du secteur immobilier, rassemblés lors de la divulgation du rapport annuel Perspectives du marché de l’habitation, à Québec.

Par la suite, M. Hugues s’est attardé sur le marché de la région de Québec. En gros, un léger bond dans l’emploi d’ici 2016 va stimuler la demande. La migration conservera un rythme qui soutiendra le marché locatif.

Les ventes Centris® augmenteront de 3 % en 2015 et de 4% en 2016, soit sous la moyenne des cinq dernières années. Le prix moyen Centris® des résidences augmentera de 1 % en 2014, puis de 2 % les deux années suivantes pour atteindre 280 000 $.

Les mises en chantier vont ralentir d’ici 2016. Du côté des maisons individuelles, elles baisseront à chaque année. Deux facteurs sont ciblés: leur prix élevé et une offre déjà généreuse.

Même son de cloche du côté des logements collectifs. Le recul des mises en chantier sera de 14 % cette année, 13 % en 2015 et de 11 % en 2016.

Les mises en chantier de copropriétés se stabiliseront à 900 unités jusqu’en 2016. Même si la construction a fortement ralenti ces dernières années, les experts de la SCHL affirment que le nombre de copropriétés est encore important sur le marché de la revente.

Vu le taux d’inoccupation élevé, les mises en chantier de logements locatifs baisseront sensiblement en 2015 et 2016.

De façon globale, les mises en chantier baisseront de 12 % cette année et en 2015.  En 2016, la baisse sera de 10%. Les gens de la région de Québec connaîtront alors le plus faible niveau de mises en chantier depuis 2002.

La SCHL a relevé plusieurs caractéristiques du marché immobilier de la région de Québec: tendances à l’étalement urbain et à la densification, développement du marché de la maison individuelle dans la partie nord, hausse des ventes de maisons unifamiliales dans les secteurs Rive-Sud Est, Charlesbourg et Val-Bélair/L’Ancienne-Lorette, mais reculs importants sur la Rive-Sud Centre, à Beauport et dans la Jacques-Cartier.

Également: hausse de l’offre partout sauf à Val-Bélair/L’Ancienne-Lorette, avantage pour les vendeurs dans plusieurs secteurs comme Val-Bélair/L’Ancienne-Lorette et Les Rivières concernant les maisons individuelles et les maisons jumelées et en rangée, hausse des ventes de copropriété dans les secteurs Les Rivières et de la Rive-Sud, mais baisses significatives dans la Basse-Ville et à Beauport, et avantage net pour les acheteurs.

Pour terminer: baisse des mises en chantier de copropriétés dans l’Agglomération, hausse de la construction de maisons jumelées et en rangée peu importe le secteur et baisse générale du côté des maisons individuelles sauf dans le secteur de l’Agglomération.

À noter que Beauport a terminé en tête en ce qui a trait au plus grand nombre de mises en chantier dans la RMR.

Se rendre sur le site de la SCHL pour lire le communiqué de presse dans sa totalité.

Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone