Tous les articles par casarazzi

Les fraudeurs surveillés de près

iStockphoto
iStockphoto

Le gouvernement du Canada ne cesse d’augmenter la pression sur les fraudes liées aux transactions immobilières partout à travers le pays. L’étau se resserre sur les fraudeurs.

La spéculation immobilière, terrain de prédilection pour les fraudeurs, est particulièrement surveillée par l’Agence du revenu du Canada (ARC) dans les régions de Vancouver et de Toronto. Avec l’augmentation récente d’acheteurs étrangers, la spéculation immobilière risque de se propager à Montréal. Continuer la lecture

Urgence pour le courtier immobilier

 

iStockphoto
iStockphoto

 

La migration des acheteurs, des vendeurs et des courtiers immobiliers vers le cyberespace et l’univers numérique est en  cours depuis longtemps, mais elle va s’accélérer dans un avenir très rapproché. Le courtier doit s’y préparer.
C’est la principale conclusion du rapport mondial de la HSBC, intitulé Au-delà de la brique : L’avenir de l’immobilier résidentiel,  issu d’une étude menée auprès de plus de 9 000 personnes dans neuf pays.
Selon le rapport, «le financement des entreprises consacrées aux technologies de rupture applicables à l’immobilier a passé de 221 millions à plus de 2 milliards de dollars US, de 2012 à 2016», ce qui fait dire à Larry Tomei, vice-président à la direction et responsable en chef des services bancaires de détail et gestion de patrimoine, Banque HSBC Canada, que «le secteur immobilier est mûr pour une innovation technologique radicale qui va transformer la façon dont les acheteurs abordent chacune des trois étapes principales du processus d’accès à la propriété : la recherche, le financement et l’achat.»
Voici d’autres conclusions tirées de l’étude (rapportées intégralement)
  1. Le marché de l’habitation à vol de drone. Avec 90 % des récents acheteurs de maison qui ont utilisé l’Internet pour effectuer des recherches, les Canadiens sont parmi ceux qui se tournent le plus vers les canaux numériques avant de faire leur achat (le Royaume-Uni étant au premier rang, avec 93 %, et la moyenne mondiale étant de 83 %). En effet, les experts avancent que les traditionnelles visites libres pourraient bientôt être chose du passé; avec de nouveaux outils faisant appel à la réalité virtuelle, les acheteurs pourront visiter davantage de maisons, faire une sélection et «vivre» dans une version virtuelle d’une maison pendant plusieurs jours, et ainsi en faire la véritable expérience avant d’acheter.
  2. «Nous ne sommes pas les droïdes que vous recherchez… à tout le moins, pas encore.» Bien que 11 % des Canadiens interrogés adhèrent à l’idée d’utiliser un robot-conseil comme un assistant virtuel ou un robot humanoïde pour obtenir des conseils en matière de prêts hypothécaires, les banques et les courtiers hypothécaires sont toujours perçus comme les sources les plus fiables (41 % et 35 %, respectivement)2. En ce qui a trait à leur façon de se renseigner sur les aspects financiers, près des trois quarts des nouveaux propriétaires canadiens (74 %) ont effectué des recherches en ligne pour connaître les options de financement offertes, ce qui correspond à la moyenne internationale.
  3. Agent immobilier 2.0 : le «gardien» du secteur devient un expert-conseil. Depuis longtemps, l’agent immobilier joue un rôle essentiel à l’étape de l’achat du processus d’accès à la propriété. Aujourd’hui, même cette partie très «humaine» du processus semble migrer vers le cyberespace : plus du quart des nouveaux propriétaires canadiens (29 %) disent avoir entamé la discussion avec un agent immobilier en ligne (moyenne internationale : 31 %).
  4. Pas d’humeur sociable? Vous n’êtes pas seul. Un peu plus du quart des répondants auCanada (27 %) affirment que le fait d’avoir à traiter avec de nombreux intervenants (l’agent immobilier, le notaire, le vendeur et le promoteur) est l’aspect le plus irritant du processus d’accès à la propriété, suivi des frais (23 %), de la négociation du prix (22 %) et de la compréhension des formalités juridiques (20 %). (Moyennes internationales : 37 %, 28 %, 29 % et 24 %, respectivement.)

    Ça vous intéresse? Des experts de l’immobilier apportent des commentaires dans le rapport.

Photo: istock.com

 

Brique traditionnelle, brique écologique

iStock
iStock

Il y a, dit-on, des constructions en briques qui se tiennent debout depuis des siècles dans certains coins de l’Orient. A-t-on besoin d’ajouter que la brique est un matériau durable? La brique est, sans l’ombre d’un doute, un matériau écologique.

La brique est probablement le plus vieux matériau du monde. Les maisons des premières villes de l’histoire de l’humanité étaient, pour la plupart, faites en briques. Cela date de 10 000 ans environ avant notre ère.
Autre vertu écologique de la brique:
elle est facilement recyclable. Et la brique recyclable est parfaite pour les petits travaux de maçonnerie, comme un muret dans une pièce ou une allée dans le jardin.
Par contre, la brique n’est pas aussi écologique que la pierre, le bois ou la terre. Comme le verre, sa fabrication exige beaucoup d’énergie. La brique passe des heures et des heures dans un four, à des températures très élevées. Mais sa durabilité légendaire compense largement.
La brique est un excellent régulateur thermique. Elle rafraîchit l’été et réchauffe l’hiver. La brique respire car elle est poreuse. Par contre, si vous appliquez une couche de peinture dessus, vous lui nuirez énormément. À moins de faire deux concessions : ne pas peindre les joints et choisir une peinture qui laissera la brique respirer.
La brique traditionnelle est en train de se faire supplanter par de nouvelles briques plus écologiques: la brique de terre crue compressée, la brique de chanvre, la brique en verre recyclé. Autre variété pour l’intérieur : la brique plâtrière, faite de terres cuites naturelles.
Il fut un temps où la brique a été détrônée comme matériau destiné au revêtement extérieur. Elle n’était plus dans l’air du temps devant l’apparition de nouveaux matériaux, surtout le revêtement de vinyle, beaucoup moins cher et plus facile d’entretien.
Qui rira bien rira le dernier. Aujourd’hui, une propriété dont les murs extérieurs sont recouverts de briques en bon état vaut davantage que celle dotée d’un revêtement de vinyle. En d’autres termes, l’un des deux matériaux augmente la valeur d’une propriété. L’autre, non.
Photos : iStock.com

Les escrocs du déménagement

Nous sommes au cœur des déménagements chez les étudiants avec l’approche des nouvelles années collégiales et universitaires. Sans compter les propriétaires qui s’installent dans leur nouvelle propriété avant le début de l’année scolaire. Les escrocs le savent. Et ils en profitent.

C’est du moins ce que rapporte le Bureau de la concurrence du Canada qui vous met en garde contre ces fraudeurs qui se font trop nombreux.

iStock
iStock

La façon de faire de ces déménageurs est la suivante. Continuer la lecture

Hausse des ventes résidentielles à Montréal

Les ventes résidentielles ont grimpé de 16% dans le Grand Montréal au mois de juillet par rapport à juillet 2016. Cette performance efface celles des huit dernières années concernant juillet. Le marché immobilier reste chaud dans le grand Montréal.

iStockphoto
iStockphoto

On vous invite à lire les grandes lignes du rapport de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) qui se base sur les données Centris. Continuer la lecture