Auriez-vous la frousse?

One World Trade Center à Manhattan, New-York. iStockphoto LP
One World Trade Center à New-York (quartier Manhattan) iStockphoto LP

Selon le Wall Street Journal, tel que rapporté par Cyberpresse, les propriétaires du One World Trade Center  à New York ont de la difficulté à louer tous les locaux de l’édifice. Même si c’est la plus haute tour du monde Occidental.

Voyant l’inauguration officielle approcher à grands pas, ils ont décidé de réduire les loyers de près de 10%. Un local sur deux est toujours à louer. De plus, aucun locataire privé n’a signé de bail depuis trois ans.

Le One World Trade Center, appelé aussi le 1 WTC, est cet immeuble bâti sur le terrain des tours jumelles, détruites lors des attentats de Septembre 2001. Il représente le pivot central du nouveau complexe du World Trade Center.

Bien sûr, il s’agit ici du jeu de l’offre et de la demande. Propriétaires et locataires finiront par «s’entendre» sur le prix du loyer.

Oublions pour un moment l’aspect monétaire. Dites-moi, iriez-vous vivre ou travailler sur le site même des attentats de Septembre 2001?

La plupart des gens, j’en suis convaincu, n’y voient aucune problème.  J’ai écrit la plupart, et non tous.

Combien de fois avez-vous vu les avions faucher les deux tours? Combien de fois avez-vous vu les flammes, la fumée, la panique au sol, les images d’Apocalypse? Sans compter toutes ces histoires d’horreur: la mort héroïque des pompiers, les sauts dans le vide des gens désespérés et bien d’autres.

Les lieux, comme les bâtiments, ont une mémoire. Certaines personnes y sont plus sensibles que d’autres.

Dans le quartier Laval-des-Rapides à Laval, un propriétaire a transformé un complexe funéraire en résidence privée. J’ai visité les lieux dans le cadre d’un reportage. Dès l’entrée, on voyait que l’intérieur était drôlement divisé. Je me souviens très bien de la forme d’une pièce. Avec un peu d’imagination, on pouvait «voir» le cercueil au bout du salon.

Remarquez que je savais déjà qu’il s’agissait d’un ancien complexe funéraire avant mon entrée. Peut-être que quelqu’un d’autre ne l’aurait pas deviné. Mais la question est la suivante : habiteriez-vous un bâtiment où des centaines de dépouilles ont été exposées?

Retournons à New York. Admettons que vous avez beaucoup, beaucoup, beaucoup d’argent et vous avez décidé de vous fixer à proximité de Central Park, loin du One World Trade Center. Vous avez un immeuble en vue. Prudent, vous interrogez les locataires et les gens habitant aux alentours.

Selon la légende, dans les premières années de l’édifice, une petite fille surgissait mystérieusement dans les corridors de l’immeuble à la suite de la mort d’un ouvrier.

Bah, ce ne sont que des racontars, que vous vous dites.

Puis, vous apprenez qu’une partie du film Rosemary’s Baby a été tournée dans les environs de l’immeuble. Ce sont justement ces scènes qui donnent au film son ambiance particulière. Car il s’agit d’un film d’épouvante de Roman Polanski qui a connu un succès colossal à l’époque.

Bah, il n’y a rien là, que vous vous dites.

Dernier clou dans le cercueil : vous apprenez que c’est précisément là que John Lennon s’est fait assassiner en décembre 1980, juste aux portes de l’immeuble. Et ce n’était pas la première agression violente dans cet édifice devenu célèbre.

Un tantinet agaçant, peut-être?

La plupart des gens, moi le premier, n’y accorderaient aucune importance. Nous ne croyons pas à la mémoire des lieux. Mais parions que beaucoup refuseraient carrément d’habiter au Dakota Building.

Choisir un endroit où habiter est un acte qui, parfois, appelle à la psychologie des profondeurs. Combien de fois entendons-nous les gens dire: «Cette maison-là ne présente aucun défaut, c’est vrai, mais que voulez-vous,  je ne la «sens» pas. Je préfère continuer à chercher.»

Sources : Cyberpress et article Wikipedia français One World Trade Center

Photo : iStock-photo LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone