Atteint de la folie de bâtir

Privé des joies de l’enfance à cause d’un père trop exigeant, mais doté d’une imagination sans limites, le petit Louis s’est évadé très vite dans son monde imaginaire pour supporter la vie de tous les jours.

Un beau matin, la réalité le rattrape. Son père vient de mourir. Et comme son père est roi, Louis devient un roi à son tour. Soudain, tout le peuple se tourne vers lui. À Louis revient le fardeau d’améliorer les conditions de vie des habitants du royaume et de les défendre contre les envahisseurs étrangers.

Louis par contre n’a que 18 ans. Quelle claque pour un être humain qui préfère vivre dans son monde imaginaire! Et qui, selon les psychologues d’aujourd’hui, souffrait d’autisme.

C’était en 1864, en Bavière, aujourd’hui région de l’Allemagne.

Louis fera un p’tit bout de chemin comme monarque, mais les affaires du royaume l’intéressent peu. Il laisse ses ministres gouverner. Il a d’autres chats à fouetter. Comme son combat quotidien contre ses tendances homosexuelles par exemple.

Une fois de plus, sa puissante imagination le tire du pétrin. Pour faire sortir le maximum de pression de ce corps opprimé, le roi Louis se lance dans la construction de châteaux. Et pas n’importe lesquels! L’architecture est spectaculaire!  Elle évoque les légendes fantastiques de la contrée.

Il y a le Neuchwanstein, érigé sur un rocher haut de 200 mètres. C’est le château préféré de Louis qui a fait sauter la montagne à la dynamite pour obtenir l’effet qu’il voulait. Le Neuchwanstein se traduit en français par les mots « le nouveau rocher du cygne».

Neuschwanstein château (Wikipedia inconnu)

Selon Wikipedia, la construction a exigé  465 tonnes de marbre et 400 000 briques. Quatorze sculpteurs sur bois ont travaillé pendant plus de quatre ans pour décorer la chambre du roi. Le trône devait être en or et en ivoire, mais Louis est décédé avant la fin des travaux.

Le Neuschwanstein est le  château le plus célèbre d’Allemagne. De nos jours, il reçoit encore des millions de visiteurs.

Le Linderhof est un autre château du roi Louis. La particularité de l’édifice fait sourire. Voici ce que dit Wikipedia : «Louis II détestait la présence de quelqu’un d’autre. La salle à manger était équipée d’une plateforme sur laquelle était posée la table. Cette plateforme coulissait jusqu’à l’étage d’en dessous, où se trouvaient les cuisines. Ensuite, la table remontait avec le repas ; le roi n’avait donc pas besoin de croiser les serviteurs.»

Un troisième château: le Herrenchiemensee. C’est le château de Versailles, version allemande. Grand admirateur de Louis XIV, le roi Louis avait visité le célèbre édifice français. Gagné par la somptuosité du château, il voulait son propre Versailles. Voici ce que dit Wikipedia : « Les appartements d’État débouchent sur la galerie des glaces avec à ses extrémités les salons de la paix et de la guerre, qui occupe toute la partie avant du palais sur une longueur totale de 98 mètres, soit 25 m de plus que le modèle original versaillais.»

Encore là, la table de la salle à manger disparaît dans le sous-sol au moyen d’un système  hydraulique. Que voulez-vous, le roi Louis préfère être seul pour divaguer.

Lisez la suite dans le billet de demain.

Avec l’aide de l’article Louis II de Bavière sur Wikipedia français

Source photo: Source inconnu pour le moment selon Wikipedia

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone