Agrandir au lieu de déménager

 

Ce n’est pas tout le monde qui, faute d’espace, a le goût devendre sa maison pour en acheter une autre. Les recherches et les visites, lecourtier immobilier à choisir, la paperasse à remplir, les démarches qui n’enfinissent plus, on ne veut pas se taper tout ça!

Il reste l’option de l’agrandissement.  

L’Association provinciale des constructeurs d’habitations duQuébec (APCHQ) vient de publier un communiqué de presse destiné à vous guiderdans vos travaux d’agrandissement.

« Quand on décide d’investir beaucoup d’argent enrénovation, il faut s’assurer que cela sera rentable », explique André Gagné,directeur de l’expertise technique de l’APCHQ. « Si j’investis 100 000 $dans l’ajout d’une annexe, est-ce que je pourrai récupérer cet argent le jouroù je vendrai ma maison? Pour le savoir, il faut tenir compte de la valeurmarchande des maisons dans le secteur, une donnée qu’on peut obtenir enconsultant les agents immobiliers locaux. Dans certains quartiers, l’opérationsera rentable, dans d’autres elle ne le sera pas. »

Voici ce à quoi le propriétaire doit s’attaquer selon l’APCHQ :

« Il faut d’abord qu’il se renseigne sur les optionsqui s’offrent à lui auprès de la municipalité, en s’y présentant muni du certificatde localisation de la maison. Il doit  ensuite bien définir son projet,non seulement en évaluant ses besoins, mais également en réfléchissant audesign de l’annexe et aux matériaux qui seront utilisés. Pour y arriver, ilpeut notamment visiter des centres de matériaux et des salons d’habitation. Parla suite, il sera en mesure de fournir au technologue ou à l’architecte tousles renseignements pertinents pour créer un plan digne de ce nom. »

Que fait-on ensuite?

« Au moment de procéder aux relevés sur le terrain,l’architecte ou le technologue vérifie l’état de la structure du bâtiment et sacapacité à recevoir une annexe », précise M. Gagné. « Il peut modifier lesplans en conséquence, dans le cas où il faut ériger des cloisons porteuses pourajouter un deuxième étage, par exemple. Il doit également tenir compte del’intégration de l’annexe au bâtiment existant.

« Le technologue ou l’architecte doit évaluer lacapacité des éléments existants. Si la maison est chauffée par un système à airchaud, il est possible que ce dernier ne réponde plus à la demande si on ajouteune annexe de 600 pieds carrés. Plutôt que d’enlever le système en place, ilpeut recommander l’ajout d’un système indépendant dans la nouvelle partie.Quant à l’entrepreneur, il peut, avec son technicien, déterminer la capacité del’entrée électrique et du réseau de plomberie et effectuer les mises à niveauqui s’imposent. »

Quelles sont les consignes pour le financement?

« En matière de rénovation, il y a toujours dessurprises, souligne l’APCHQ. Il est donc important que le propriétaireétablisse un budget réaliste, qui permettra de faire face aux imprévus.L’entrepreneur pourrait découvrir que le pontage de la toiture est pourri aupoint où il faut le remplacer au complet, alors qu’il s’attendait à remplacerquelques planches seulement. Le propriétaire doit être joignable rapidement etdisposer d’un budget suffisant pour assurer la poursuite des travaux dans lecas où surviendraient des imprévus. »

 

Que pense l’APCHQ du contrat à signer?

« Quand on signe un contrat avec un entrepreneur spécialiséen rénovation, on doit s’assurer que toutes les modalités y sont clairementinscrites. Il faut y préciser les dates de livraison ainsi que les matériauxutilisés, et y indiquer qui fait quoi pour éviter tout malentendu. Par exemple,s’il faut vider le garage pour démolir le plafond afin de construire undeuxième étage, il est important d’indiquer si c’est l’entrepreneur ou lepropriétaire qui se charge de cette tâche. En fait, un contrat clair etdétaillé est souvent le gage d’une bonne entente. »

Une petite plogue de l’APCHQ avant de terminer :

« Confiez vos travaux à un entrepreneur certifié par labannière Réno-Maître de l’APCHQ, laquelle ne regroupe que des entrepreneursexpérimentés, sérieux et compétents. En faisant affaire avec un Réno-Maître,vous bénéficiez d’un plan de garantie optionnel (la Garantie rénovation), d’unprogramme de financement sur mesure (le Réno-prêt) ainsi que d’un service deréférence téléphonique et Internet. Pour trouver un Réno-Maître dans votrerégion, consultez le Répertoire des entrepreneurs au www.gomaison.com/renomaitreou communiquez avec le Service de référence au 514 353-5069 ou au 1 800361-2037, poste 222. »

Bonne fin de semaine à tous et à toutes!

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone