Faites de l’air!

iStock
iStock

Il existe un geste d’une simplicité enfantine si vous voulez vivre dans un environnement sain et, par ricochet, préserver votre santé et celle de vos enfants.

Il tient en un seul mot : aérer.

Les températures froides sont derrière nous. Un conseil : ouvrez vos fenêtres immédiatement. À leur pleine grandeur si possible, Donnez de l’air à votre maison, surtout si vous avez maintenu la température intérieure au-dessus de 21 degrés, seuil recommandé par les instances de la santé.

N’oubliez pas que…

…la plupart de nos maisons regorgent de polluants. Certaines études ont même démontré que, parfois, l’intérieur des résidences est plus pollué que l’extérieur.

Vous trouvez que c’est encore un peu trop frisquet pour ouvrir les fenêtres? Habillez-vous chaudement le temps que le grand air balaie tout l’intérieur de votre résidence, si possible une fois par jour.

Si vous avez lu l’histoire de la mérule pleureuse dans les billets précédents, ce champignon toxique alimenté par un fort taux d’humidité et dont l’apparition force les propriétaires à abandonner leur maison qui sera éventuellement détruite, vous aurez compris que la tragédie peut être évitée, même dans les maisons ancestrales, si l’intérieur est régulièrement aéré.

Vous ne savez toujours pas si votre propriété est assise sur une quantité dangereuse de radon, ce gaz qui grimpe du sol vers l’intérieur des murs et est reconnu comme nocif pour la santé? Raison de plus pour aérer et chasser l’excès de radon, si radon il y a.

Une aération régulière ne chasse pas seulement les acariens, ces bestioles qui se logent dans les tapis, moquettes, lits et autres tissus, elle réduit les effets nocifs de tous les polluants chimiques dans lesquels vous baignez, surtout si vous n’avez toujours pas mis le cap sur l’habitation écologique.

Parmi ces éléments chimiques figurent ce qu’on appelle les composés organiques volatils (COV). Il s’agit de gaz qui se développent à partir de différentes substances chimiques présentes à votre domicile: peintures, polystyrène, colles, solvants, vernis. La liste est longue. Sans compter le PVC. Nous allons y revenir.

Si vous fumez ou allumez régulièrement des bougies naturelles, la dose de polluants est encore plus forte.

Quand on sait que la majorité des propriétaires passent la plus grande partie de leur vie dans leur résidence ou appartement, il est essentiel que l’intérieur se fasse régulièrement balayer par la brise ou le vent.

À lire:

Photo: iStock.com

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone