Adieu frisson!

calorifère Ecorad

Sommes-nous les seuls à avoir souffert du froid et de l’humidité des derniers mois? Seuls à rêver de températures plus clémentes?

Même avec des thermostats électroniques dans la maison, un frisson nous traversait le corps lorsque « Galarneau » allait se coucher.  Un collègue nous a parlé du retour au chauffage radiant alimenté non pas au mazout mais à l’électricité.  Vous savez, ces beaux calorifères qui ornaient les maisons de nos ancêtres. Ceux en fonte qui pesaient « une tonne », comme disaient nos grands-parents.

Tout le monde est d’accord pour dire que le chauffage à l’eau, dit radiant, est l’un des meilleurs systèmes de chauffage pour l’environnement immédiat des occupants. L’eau reste chaude plus longtemps et la fonte emmagasine la chaleur pour la disperser de façon uniforme aux objets environnants. Sauf que l’odeur, le prix et l’entretien du chauffage radiant alimenté au mazout (à l’huile) en ont rebuté plus d’un. Sans oublier les bris causés par l’eau qui gelait dans la tuyauterie. Les plinthes électriques ont donc pris la relève. Et ce, même si l’air y est « cuit », provoquant ainsi des écarts de température au moindre courant d’air.

Un souci écologique a permis le retour du chauffage radiant. L’eau a été remplacée par de l’antigel recyclé des radiateurs d’automobiles. Fini les bris de tuyauterie!

Comme le mazout/gaz naturel perdait 15 % de son potentiel de chaleur, une compagnie québécoise, Ecorad, a choisi l’électricité comme source d’alimentation. L’électricité permet de conserver 100 % du potentiel énergétique de la chaleur produite par le chauffage radiant,  les thermostats électroniques étant recommandés.

Calorifère - Photo Ecorad.ca

Avant de faire aller votre marteau dans les rénovations du printemps, pensez au confort des automnes, hivers et printemps à venir. Si le chauffage radiant recyclé électrique vous interpelle, voici le lien de l’entreprise québécoise, Ecorad de Saint-Jean-Port-Joli, qui recycle et maximise le rendement des vieux calorifères de fonte d’antan.

Les vieux calorifères sont décapés et repeints avec un procédé à jet d’eau afin d’éviter la perte du potentiel énergétique des nombreuses couches de peinture. De translucide qui laisse miroiter la fonte naturelle aux couleurs plus vivantes avec les rouge, jaune, bleu, vert, ou plus sobres avec les gris, noir, blanc, brun, faites votre choix parmi les finis qui s’harmoniseront à votre décor. Vous vous retrouverez avec l’une ou plusieurs de ces pièces riches en histoire. Et adieu frisson!

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone