iStock

Soyez proactif!

Le projet d’acquérir une propriété, peu importe que ce soit la première, la deuxième ou la troisième, entraîne son lot de stress. On voit alors apparaître deux types d’acheteurs: le passif qui a tendance à imaginer toutes sortes de scénarios, parfois les plus catastrophiques, et le proactif qui, calmement, se bâtit une stratégie.

Qui des deux risque de réussir? La réponse va de soi. D’autant plus que, chez le proactif, la prise de décision sera plus facile car il disposera de toutes les informations nécessaires pour diminuer les risques et, par ricochet, son niveau de stress.

On dit que le renseignement est le nerf de la guerre. Plus on a d’infos sur l’ennemi, plus grandes sont les chances de gagner la guerre. On peut dire la même chose pour l’achat d’une propriété.

Comment procède le proactif? Voici quelques pistes.

-Il se crée un réseau pour cueillir de l’information auprès des parents, amis, connaissances, collègues de travail, autour d’un bon repas ou au cours d’une rencontre amicale.

-Il utilise les réseaux sociaux s’il dispose de peu de temps pour la cueillette de l’information. C’est tellement plus rapide.

-Il part à la chasse aux informations sur le Web en parcourant des sites comme ceux de la Société canadienne d’habitation et de logement (SCHL), la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) ou le blogue de Via Capitale.

iStock
iStock

-S’il n’est pas familier avec Internet ou s’il déteste s’asseoir devant un écran pour picorer sur un clavier, il demande à un proche de le faire pour lui en lui indiquant les sites à visiter, et ce proche peut même être un ado qui tirera une grande fierté de pouvoir aider son père ou sa mère.

-S’il est un inconditionnel du papier, il se rend à la bibliothèque du quartier pour éplucher livres et revues.

-Il prend soin de colliger l’information en consultant plusieurs sources sur un même sujet.

-L’une de ses sources est souvent un courtier immobilier qui dispose d’une expérience chèrement acquise au fil des années.

Résultats: le stress diminue, la décision s’éclaire et le sommeil est vraiment réparateur.

Photo: istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone