À lire sans se gratter (1e partie)

Je tiens à vous aviser que ce billet pourrait vous donner envie de vous gratter, mais soyez sans crainte, cela devrait s’arrêter dans quelques minutes. À moins que vous soyez l’hôte de ces bestioles… comme mon amie.

Une amie qui demeure en Mauricie m’informait hier qu’elle venait de trouver une punaise sur les rideaux du salon. Brrr… frisson. Je lui ai transmis les deux billets que je vous avais préparés à ce sujet. L’un sur la détection, l’autre sur la prévention et l’extermination de ces répugnantes bestioles. Je pensais vous les présenter avec un intervalle d’une semaine, mais les circonstances m’incitent à le faire aujourd’hui, sans tarder!

En cette saison du déménagement, si vous ne prenez garde, ces bestioles pourraient trouver refuge chez vous! C’est pourquoi la Ville de Montréal a mis sur pied un Plan d’action en mars dernier, « Agir rapidement, la meilleure solution. » et que le  Département de la santé publique offre des renseignements pour éviter ce problème de plus en plus présent au Québec.

«Une punaise adulte à jeun ressemble à un pépin de pomme. Après avoir mangé, elle gonfle légèrement et prend une teinte rouge sang. La nymphe ressemble à l’adulte, mais est plus petite et est de couleur jaune-blanc. Elle ne vole pas et ne saute pas. Elle se déplace en marchant et n’aime pas la lumière. Elle se nourrit du sang des dormeurs en les piquant la nuit. Durant le jour, elle se cache surtout près des coutures des matelas et des sommiers, mais également partout où elle peut se dissimuler facilement.

«À Montréal :

  • Les locataires doivent avertir leur propriétaire dès qu’ils décèlent la présence d’insectes nuisibles dans leur logement. Ce dernier entreprendra des démarches auprès d’un exterminateur.
  • Si le propriétaire ne réagit pas, le locataire doit entrer en contact avec un représentant d’inspections de son arrondissement ou de sa municipalité.»

Soit dit en passant, mon amie est la preuve vivante que les punaises de lit ne font pas de discrimination et qu’elles peuvent élire domicile chez les pauvres comme chez les riches, dans les logements propres et malpropres, à Montréal comme en province.

«Pour détecter la présence de punaises de lit, vérifiez les indices suivants :

  • Piqûres sur la peau, semblables à celles des moustiques, sur les bras, les jambes ou toute partie du corps exposée durant le sommeil
  • Petites taches noires ou brun foncé sur les draps, le matelas, le sommier, le lit, les murs, etc.
  • Présence d’insectes ou d’œufs (très petits et blancs) sur le matelas, les draps ou dans la chambre.»

Vous en avez trouvé? Appelez votre propriétaire. Si vous êtes propriétaire, avant d’appeler l’exterminateur, sachez que vous pourriez vous en défaire si vous en avez très peu. Des conseils d’experts figurent sur notre billet Pour éviter de se gratter ou pour se débarrasser des punaises. Ou encore, allez sur le lien suivant : http://www.santepub-mtl.qc.ca/Environnement/punaisedelit/index.html

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone