À bas les coulisses jaunes!

Vous venez d’emménager. La salle de bain est « dégueulasse ». Coulisses et gouttelettes jaunes hantent les murs et le plafond après la douche. Vous avez beau les laver, elles réapparaissent comme par magie. Vous lavez à nouveau et vous peignez avec une peinture spécialement conçue pour les salles de bain. Rien à faire. Elles resurgissent!

Ne vous en faites pas, plusieurs solutions s’offrent à vous.

Guy Brunelle, entrepreneur peintre depuis des décennies dans la région de Montréal, révèle que le secret réside dans la préparation de la surface à peindre, sauf s’il s’agit d’un problème majeur [1] ou d’un dégât occasionné par de la fumée. Voici les étapes qu’il recommande :

-laver la surface

-sabler avec un papier très fin et essuyer

-appliquer un apprêt antitache à l’huile (alkyde)*

-appliquer une peinture antimoisissure pour cuisine et salle de bain à l’huile ou à l’eau (latex 100% acrylique)*

Daniel, de la Quincaillerie Bélanger à Montréal, suggère un autre produit : le Mold Control. C’est un aérosol. On lave le mur avec ce produit sans rinçage. Il tue les germes et sert de scellant en même temps. Il ne reste qu’à appliquer une peinture pour cuisine et salle de bain.

À cela s’ajoutent les recommandations des fabricants de peinture, à savoir :

Avant l’application :

-le produit doit être soigneusement mélangé

-le produit ne doit pas avoir subi de changement de température draconien et doit donc avoir été conservé dans un endroit sec et à l’abri de la lumière

Avant, pendant l’application et pendant la période de séchage :

-le taux d’humidité doit être inférieur à 10 %

-la température doit rester constante et supérieure à 21°C  sans jamais dépasser 30°C

Pendant l’application :

-éviter les courants d’air

Dernièrement, une amie française, nouvellement propriétaire, a constaté l’importance des deux dernières recommandations. Aussitôt appliquée, aussitôt séchée, la peinture créait un faux fini ligné, non désiré! Il a fallu qu’elle recommence tôt le lendemain avec les fenêtres à peine ouvertes.

Revenons aux coulisses jaunes. Les causes peuvent varier, mais M. Brunelle soupçonne de la saleté incrustée dans le plâtre des murs et plafonds qui émerge sous la vapeur d’eau, ou encore de la condensation créée par le mouvement chaud-froid.

Un conseiller en peinture chez Rona abonde dans le même sens. Le problème risque de revenir si un manque d’aération persiste dans la pièce. L’humidité doit être évacuée vers l’extérieur de la pièce. Au mieux, à l’extérieur de la maison. Le conseiller recommande donc d’installer au moins un ventilateur.

Tout le monde est d’accord pour dire que la peinture antimoisissure est un produit de prévention et non de « guérison ». Une bonne préparation de la surface à peindre pour enrayer la moisissure ajoutée à une bonne aération s’avèrent la clé du succès.

*Les grands fabricants de peinture offrent un apprêt antitache et des peintures antimoisissure.

[1] Un inspecteur en bâtiment est capable de signaler différents types de moisissure dont la source proviendrait d’un endroit autre que la salle de bain, m’informe Anabel, diplômée en inspection de bâtiment.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone