65 millions d’appartements vides

iStockphoto LP
iStockphoto LP

L’analyste financier Daniel Dupont de Fidelity déclarait récemment à la journaliste Stéphanie Grammond de Cyberpresse : « La construction dans le secteur de l’immobilier résidentiel a propulsé la Chine depuis 10 ans. Maintenant, on compte 65 millions d’appartements vides en Chine. Le prix des maisons équivaut à 10 fois le revenu familial brut. C’est un ratio qu’on a vu une seule fois dans l’histoire, soit au Japon au début des années 90.»

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Chinois vivent une tragédie immobilière au pays des dragons.

Que font les autorités pour la surmonter? Nous avons un début de réponse.

Dans le billet Les Chinois voient loin publié récemment sur ce blogue, Casarazzi vous racontait l’histoire des vingt-cinq villas de luxe, bâties sans aucun permis, sur le toit d’un gigantesque centre commercial à Hengyang, dans la province du Hunan. À la fin de l’article, on pouvait lire ceci: «Les investissements immobiliers ont été l’un des piliers de la croissance économique chinoise des dernières années, mais ont également provoqué une flambée des prix du logement, que les autorités cherchent à contenir en restreignant les achats d’appartements et en encourageant la construction de logements sociaux.»

Le 9 août dernier, les bureaux de l’agence France-Presse à Pékin rapportaient que le programme de construction de logements sociaux mis de l’avant par le gouvernement chinois avait frappé un mur: l’équivalent de 700 millions d’euros sont partis en fumée à la suite d’une série de détournements de fonds.

Les Chinois veulent bâtir 36 millions de logements abordables d’ici 2015. Le programme est en application depuis 2011. Il coûtera environ 148 milliards de dollars.
«Les autorités chinoises s’inquiètent de la hausse des prix de l’immobilier, nettement supérieure à l’inflation. Le prix moyen du mètre carré dans 100 villes chinoises a atteint 10 300 yuans (1730 $) en juillet, en hausse de 7,9 % sur un an»,  pouvait-on lire dans l’article de l’agence France-Presse.

Il ne faut pas oublier que la Chine comprend 1 350 millions d’habitants (donc plus d’un milliard), soit plus que le cinquième de la population mondiale. Depuis la transition du communisme au système capitaliste, les Chinois vivent de gros problèmes de corruption et de spéculation puisque tout était à faire. Particulièrement dans le domaine immobilier.

La Chine vit un paradoxe: le marché immobilier est très prometteur pour tout investisseur. Par contre, le risque est élevé vu la culture différente et les problèmes énumérés ci-haut.

Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone