316 100$ pour une première maison

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Selon BMO, les acheteurs d’une première maison se permettent un budget tournant autour de 316 100$, une hausse de 16 000$ par rapport à l’an dernier. La mise de fonds par contre n’a pas bougé : 50 576$.

Parenthèse: nous avons acheté notre première maison, un vieux duplex, dans le quartier Rosemont à Montréal, pour 59 000 $. Cela remonte à trente ans en arrière, soit en 1983. C’est fou quand on pense que la mise de fonds d’aujourd’hui équivaut au prix d’un duplex au début des années 80. Je me rappelle que nous avions peur de ne pas y arriver avec un taux d’hypothèque autour de 13 % si ma mémoire est bonne.

Revenons à aujourd’hui. C’est à Vancouver que le prix moyen d’une première maison est le plus élevé au pays: 506 500$. Le prix le plus bas est à Montréal: 237 900$. Quand on se compare, on se console, dit le proverbe?

Voici d’autres résultats du sondage mené par la maison Pollara pour le compte de BMO Banque de Montréal:

En moyenne, le tiers des acheteurs d’une première maison (30 %) s’attendent à ce que leurs parents ou d’autres membres de leur famille les aident dans leur achat. Ce pourcentage atteint toutefois 40 % à Montréal et à Vancouver.

La plupart (61 %) ont réduit leur train de vie afin d’épargner pour leur première maison.

Six sur 10 (60 %) disent que leur calendrier d’achat d’une maison a été repoussé, alors que 39 % d’entre eux mentionnent la hausse des prix de l’immobilier comme raison principale de ce report.

Stéphanie D’Itri, experte hypothécaire chez BMO, met en garde les acheteurs qui ont décidé de reporter leur achat: « Dans un marché immobilier comme celui du Canada, où les prix ont augmenté constamment, les personnes qui remettent leur achat à plus tard doivent s’assurer que leur épargne croît plus vite que l’augmentation des prix. Sinon, ils risquent de perdre du terrain à long terme », dit-elle.

Dernier résultat du sondage: 60 % des acheteurs d’une première maison entendent respecter le budget établi qu’ils considèrent coulé dans le béton. Les autres sont prêts à dépasser leur budget s’ils mettent la main sur la maison convoitée. .

Le sondage a été réalisé sous la forme d’entrevues en ligne auprès d’un échantillon aléatoire de 513 acheteurs canadiens d’une première maison de 18 ans et plus, menées du 24 janvier au 6 mars 2014.

Source communiqué de presse de BMO

Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone