iStock

Votre maison coûtera moins cher

Depuis le 4 octobre dernier, le gouvernement du Québec met davantage d’argent à la disposition des propriétaires et futurs propriétaires qui veulent prendre le virage de l’efficacité énergétique, une tendance qui devient une norme à suivre dans le domaine de la construction résidentielle.

Si vous prenez la peine de consulter le programme Novoclimat 2.0 – Maison du gouvernement du Québec, vous apprendrez que vous êtes peut-être éligible à une aide financière qui pourrait s’élever jusqu’à 4 000$. Continuer la lecture

Montréal, Québec, Canada (photo iStockphoto LP)

Montréal : pas vu ça depuis 15 ans!

La grande région de Montréal a connu un trimestre positif au chapitre des ventes résidentielles pour une neuvième fois en autant de trimestres. Cela ne s’était pas vu depuis 15 ans.

La hausse est de l’ordre de 6% pour le trimestre de juillet à août, comparativement au même trimestre en 2015.

Voici les données rapportées textuellement. Continuer la lecture

iStock

Vendre ou louer sa maison?

Cela arrive à plusieurs d’entre nous. Un décès survient, un changement au travail, un coup de foudre amoureux, des difficultés financières à venir ou, au contraire, le désir soudain de faire de l’argent rapidement, bref les circonstances sont multiples. On se retrouve à un carrefour où on doit décider si on vend notre maison ou si on la loue.

La louer apporte un nouveau lot de responsabilités : trouver de bons locataires, s’assurer que la maison est en ordre, répondre aux urgences, assimiler de nouveaux calculs fiscaux. Ce n’est pas dans le tempérament de tout l’monde.

Vendre est tellement plus facile, mais peut-être moins payant à long terme. Beaucoup moins payant. Et si on approche de la retraite, il faut prendre le temps de s’interroger car on vit beaucoup plus vieux de nos jours. Il faut davantage d’argent si on veut conserver un niveau de vie agréable. Continuer la lecture

iStock

Maximiser votre épargne avec un minimum d’effort

Voici une stratégie qui permet de maximiser l’épargne, avec un minimum d’effort sur un cycle de 2 à 3 ans.

Sophie Sylvain, planificatrice financière chez Desjardins, vous propose la cascade payante, une stratégie qui permet de maximiser l’épargne, avec un minimum d’effort sur un cycle de 2 à 3 ans.

Voici un exemple qui illustre cette approche (calculé selon l’imposition d’un salarié gagnant 55 000 $ par année). Rien ne vous empêche de faire l’exercice avec une somme moindre.

La cascade payante

  • 2015 : Vous investissez 3 000 $ dans Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD).
  • 2016 : Vous investissez immédiatement le crédit d’impôt obtenu du gouvernement provincial (45 %) dans votre REER, soit 1 350 $.
  • 2017 : Votre cotisation au REER vous procure un remboursement d’impôt d’environ 518 $, somme que vous versez à votre CELI.

Résultat : l’investissement de 3 000 $ vaut maintenant 4 868 $, sans même tenir compte du rendement obtenu sur les placements.

Les parts de CRCD sont un placement trop risqué pour vous ?

iStock
iStock

Amorcez la cascade avec 3 000 $ de cotisation à votre REER, puis versez le remboursement d’impôt (1 151 $ environ) à votre CELI. Vous obtiendrez un total de 4 151 $ en deux ans investi à l’abri de l’impôt.

Petite variante si vous avez un ou des enfants mineurs: au lieu de contribuer à votre CELI, versez le tout dans un REEE, afin de profiter des subventions gouvernementales.

Pour plus d’information sur l’épargne, visitez www.desjardins.com/particuliers/epargne-placements/.


Gilles Drouin | Journaliste
Source :
www.desjardins.com/coopmoi

Photo : iStock

iStock

Cellier et cave à vin

Le vin se prend bien en toute saison, mais durant les rigueurs de l’automne et de l’hiver, il apporte une chaleur qui lui est propre. Dans ces moments, il a le don de nous réconcilier avec la vie. Pas étonnant que les amateurs de bon vin lui réservent un espace de rangement bien à lui.

ISTOCK
ISTOCK

Certains le rangent dans leur garde-robe. Sacrilège? Pas du tout. Les bonnes bouteilles de vin peuvent s’entreposer partout à condition que l’endroit soit frais, à l’abri de toute lumière, doté d’une température ambiante entre 10 et 15 degrés et d’un taux d’humidité de 55% à 80%. Attention! Toutes ces conditions doivent être respectées à la lettre, tout au cours de l’année. Le vin est sensible et frileux. Il a besoin de stabilité. Le moindre changement peut l’altérer.

Pour assurer cette stabilité, certains amateurs de vin ont recours à un mini-climatiseur, à un humidificateur, à un refroidisseur de vin et autres appareils après avoir consulté un spécialiste en vin.

Deux autres conditions s’imposent: le vin doit être soustrait à toute vibration et l’air qu’il respire doit être pur. Donc, prière d’éviter le garage comme espace de rangement. Continuer la lecture