Elle brûle le champignon à la torche

Via Capitale vous a parlé en long et en large de la mérule pleureuse, ce champignon qui fait le cauchemar de plusieurs propriétaires au Québec depuis six ans.

Jeune mérule, photo de Verber 31 sur Wikipedia CC
Jeune mérule, photo de Verber 31 sur Wikipedia CC

Un journal de la région de Trois-Rivières, L’Hebdo Journal, annonçait à son lectorat la semaine dernière la mise sur pied par Québec d’un comité interministériel pour en apprendre davantage sur la mérule pleureuse, histoire de mieux aider les propriétaires qui en sont victimes. Via Capitale vous avait annoncé la formation de ce comité il y a six semaines, soit le 12 juillet dernier.

Ce qui est intéressant dans l’article de la journaliste Myriam Lortie, intitulé Lueur d’espoir pour le cancer du bâtiment, ce sont les témoignages de deux propriétaires qui nous racontent leurs cauchemars avec la mérule pleureuse qui ronge littéralement leurs propriétés. Ce à quoi s’ajoute une photo fournie par l’une des propriétaires. On apprend aussi que la mérule pleureuse, qui vient à peine de faire son entrée au Québec, est très répandu en Europe. Continuer la lecture

iStock

Baisse continue des ventes au pays

Les ventes résidentielles ont chuté pour un troisième mois consécutif au mois de juillet, à l’échelle nationale, rapporte l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

Voici les faits saillants rapportés textuellement:

  • Les ventes résidentielles réalisées à l’échelle nationale ont diminué de 1,3 % de juin à juillet.
  • Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) ont baissé de 2,9 % par rapport à juillet 2015.
  • Le nombre de maisons nouvellement inscrites s’est accru de 1,2 % de juin à juillet.
  • L’Indice des prix des propriétés (IPP) MLS® a augmenté de 14,3 % d’une année à l’autre en juillet.
  • En juillet, le prix moyen des maisons a haussé de 9,9 % à l’échelle nationale d’une année à l’autre; si on exclut le Grand Toronto et le Grand Vancouver, il a progressé de 7 % en un an.

Le président de l’ACI, Cliff Iverson, résume la situation comme suit: Continuer la lecture

iStock

Maison et investissement

Pour certains, le côté investissement que représente l’achat d’une maison est aussi important, sinon plus, que le plaisir de l’habiter. La perspective de faire un profit considérable les motive au plus haut point. Oui, une propriété représente un fonds de pension non négligeable, mais à leurs yeux, la propriété doit rapporter davantage. Et plus rapidement.

L’une des erreurs les plus fréquentes est de miser sur une belle grande propriété, comprenant beaucoup de pièces, richement décorées dans la mesure du possible, et n’exigeant pas de travaux de rénovation. On se dit que dans dix ou vingt ans, on récoltera un bon prix à condition de bien l’entretenir. Posons en principe que cette fameuse propriété est située en banlieue. Continuer la lecture

iStock

Où trouver la céramique recyclée

Nous avons vu récemment que la céramique n’est pas le plus écologique des matériaux, mais elle est préférable à beaucoup d’autres produits car elle renferme des qualités non négligeables, ce qui est en soi une excellente nouvelle pour les mordus de ce matériau.

Chacun d’entre nous par contre peut rendre la céramique davantage écologique en faisant un petit effort lors de l’achat.

L’organisme Écohabitation, par l’entremise d’un article de Mélanie Busby, rapporte que la céramique à contenu recyclé était déjà largement disponible dès 2013, mais que les consommateurs négligeaient de l’exiger. Les témoignages de deux commerçants viennent le confirmer. C’est d’autant plus regrettable que la céramique à contenu recyclé ne coûte pas plus cher et sa qualité n’a rien à envier à la céramique classique.

Un conseil: Continuer la lecture

Le radon plus dangereux que l’air pollué

iStock
iStock

Selon une étude réalisée par l’organisme Action Cancer en Ontario, le fameux gaz radon, dont nous avons abondamment parlé sur ce blogue, est le deuxième facteur environnemental susceptible de provoquer le cancer, devançant l’air hautement pollué. Les rayons UV du soleil figurent au premier rang.

«Le rapport classe 23 carcinogènes environnementaux en fonction du nombre estimatif annuel de nouveaux cas de cancer en Ontario pour lesquels chaque carcinogène est associé en fonction des niveaux réels d’exposition, lit-on dans le communiqué de presse, les principales constatations sont les suivantes : Continuer la lecture