Les femmes préfèrent le risque calculé

iStockphoto
iStockphoto

Il me semble avoir entendu l’information de la bouche de Charles Tisseyre, animateur à l’émission Découvertes à Radio-Canada. Sinon, je l’ai lue dans la section sciences de Cyberpresse.

On traitait du pourquoi la plupart des hommes ont de la facilité à se repérer face aux quatre points cardinaux: est, ouest, nord, sud. Chez la plupart des femmes, c’est plus difficile.

L’hypothèse retenue m’avait fasciné. Les hommes ont plus de facilité à se repérer dans une contrée étrangère parce qu’ils se sentent plus à l’aise dans un espace dépourvu de balises, de repères, de barrières. Les femmes, elles, sont mortes d’angoisse.

Par contre, les hommes se sentent à l’étroit dans un espace trop structuré. Ils ont tendance à paniquer. Les femmes, elles, c’est le contraire. Plus les murs et les repères sont nombreux, mieux elles respirent.

En d’autres termes, les hommes se déplacent avec confiance dans un désert de neige, un désert de sable, sur la mer et dans une forêt s’étendant à perte de vue. Plus le risque est grand, plus c’est palpitant pour eux. Les femmes recherchent les espaces où la gestion du risque est moindre.

Cette hypothèse issue d’une étude scientifique m’est revenue à l’esprit en prenant connaissance d’un des derniers sondages de l’année 2014 de BMO Banque de Montréal en matière de placement et de gestion budgétaire. Voici les grandes lignes: Continuer la lecture

iStockphoto

Les voyages avant la maison

J’ai toujours eu l’impression que les gens parlaient beaucoup de leurs maisons. Que ce soit à l’usine, au bureau ou chez moi, il me semble avoir entendu un tas de commentaires revenir et revenir et revenir. Exemples: «J’ai hâte de finir de payer ma maison», «Il faut que je rénove la salle de bain», «Pensez-vous que les taux d’intérêt vont monter?», «Merde, il y a toujours quelque chose à faire!», «Si je n’avais pas vendu ma première maison, elle vaudrait tant aujourd’hui.» Et bien d’autres commentaires comme ceux-là. Continuer la lecture

Un sapin tête à l’envers

Vous regardez vos décorations de Noël et vous êtes déçus. Vous auriez tellement voulu qu’elles soient un peu plus originales. Juste pour faire changement. Que diriez-vous d’un sapin avec la tête à l’envers?

Gallerie Lafayette, Paris. Photo Casarazzi.
Gallerie Lafayette, Paris. Photo Casarazzi.

Les Galeries Lafayette à Paris ont réussi leur coup cette année. La direction a installé un gigantesque sapin de Noël dont les fausses racines sont accrochées au plafond. Le premier de l’histoire, disent certains.

«Magnifique!», s’exclame une p’tite puce de deux ans et demi. Pour elle, qui ne maîtrise pas le concept de la gravité, c’est probablement autre chose qui l’attire: les milliers de lumières qui scintillent ou le fait que l’arbre soit décoré de centaines de «yeux» on dirait. L’un à la suite de l’autre, ils forment une guirlande qui serpente et se love contre l’arbre. On a l’impression que la guirlande retient le sapin. Le soir, l’effet est plus impressionnant que de jour.

Peut-être que l’idée vient du film bulgare Christmas Tree Upside Down (Obarnata Elha) datant de 2006.

L’envie vous prend de faire du pouce sur cette idée? Continuer la lecture

Les logements libres se multiplient

iStockphoto
iStockphoto

Selon les dernières statistiques de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), le taux d’inoccupation moyen des appartements locatifs dans les principales agglomérations urbaines du Québec est passé de 3,1% en octobre 2013 à 3,7% en octobre 2014.

Le marché se tourne donc à l’avantage des locataires au détriment des propriétaires qui devront choisir: geler le loyer pour louer toute la surface disponible ou faire fi du marché et pousser le loyer à la hausse.

Les principales agglomérations urbaines comprennent les villes renfermant 10 000 habitants et plus. On en compte une quarantaine au Québec. Continuer la lecture

iStockphoto

À court comme à long terme, un projet, ça se planifie

Il y a des projets, comme l’achat d’une maison, qui ne peuvent se réaliser du jour au lendemain. En plus d’avoir à considérer une multitude de facteurs importants, encore faut-il être en mesure d’épargner les sommes nécessaires pour leur concrétisation, tout en veillant à ce que les retombées financières ne nuisent pas à notre style de vie.

Que vous rêviez de faire un grand voyage, d’acquérir une nouvelle voiture, de prendre votre retraite au soleil ou de procéder à l’achat d’une résidence secondaire, à court comme à long terme, un projet, ça se planifie!

Des conseils… à même le confort de votre foyer

Financièrement, il est toujours sage d’épargner suffisamment pour éviter d’avoir à obtenir du financement pour la réalisation de nos projets de vie. Toutefois, il est évident que dans certaines situations, comme pour l’achat d’une maison, il est bien difficile – voire impossible – d’épargner tout le capital nécessaire pour défrayer les coûts au comptant.

Ceci ne signifie par contre pas que l’épargne est futile. En économisant le plus possible, vous minimisez par la suite à la fois les intérêts courus et vos versements mensuels, ce qui contribuera à ce que vous vous sentiez moins serré dans votre budget.

Mais comment et combien épargner pour votre projet? Continuer la lecture