Pas de valeur les pissenlits?

Je me rappelle les heures passées à déraciner les pissenlits de notre pelouse. Cela enlevait de la valeur aux maisons, disait-on. L’image d’un propriétaire négligent n’était pas loin derrière. Pourtant, on a tous vu des Italiens cueillir des sacs de pissenlits le long des routes. On a peut-être lu des trilogies comme Les enfants de la terre de Jean M. Auel ou Le juge d’Égypte de Christian Jacq où les auteurs y décrivent l’utilité des plantes à la portée de tous. Continuer la lecture

Un demi-million oublié au fond d’un tiroir

Mes filles rechignaient ou fuyaient quand c’était l’heure du ménage, mais jamais pour faire le « grand » ménage du printemps. Elles m’en parlent encore aujourd’hui. Pourquoi selon vous? Parce que je les payais? Non. Ou devrais-je dire, d’une certaine façon, oui. Je leur permettais de garder l’argent qu’elles trouvaient dans les poches de manteau, de sac à main, de sac de voyage, de sac de sport, etc. Je riais à tous les cris qu’elles poussaient. Elles venaient me montrer leurs trouvailles, les yeux ronds et brillants de plaisir. Continuer la lecture

Les joies d’être propriétaire

Savez-vous ce qui manque le plus à mon père qui demeure en résidence? Tondre son gazon. Il pouvait le tondre deux fois par semaine. L’Alzheimer lui faisait oublier ce qu’il venait de faire, mais pas ce qui lui faisait plaisir.

Mon père n’est pas le seul à trouver relaxant le fait de prendre soin d’un terrain, d’une maison.  Posséder une maison est le rêve de bien des gens. Continuer la lecture