Un propriétaire qui manque de tact

Un propriétaire d’immeuble locatif amordu la poussière en Ontario devant le Tribunal des droits de lapersonne. Parce qu’il a refusé de permettre à un locataire privéde ses deux jambes de changer de logement -pas une mais cinq fois-le propriétaire a versé 10 000$ en guise de réparation.

À chaque refus, le locataire PeterDixon et sa femme remarquaient qu’il y avait pourtant des logementsvides, mais le propriétaire répliquait qu’ils n’étaient pasconçus pour lui.

Selon le communiqué de presse :« Le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario a ordonnéau propriétaire des Dixon de leur louer le prochain logementdisponible au rez-de-chaussée, de rendre les entrées accessiblespour un fauteuil roulant et de leur payer la différence entre leurloyer actuel et celui qu’ils auraient payé si leur première demandede changement de logement avait été acceptée. Le Tribunal aégalement ordonné au propriétaire de leur verser desdommages-intérêts généraux de 10 000 $ à titre de compensationpour le traitement discriminatoire subi. Il a en outre ordonné aupropriétaire de former tout son personnel de gestion sur lespratiques antidiscriminatoires à l’égard des locataires. »

Le propriétaire a soulevé l’ire duTribunal en déclarant qu’il n’aurait pas loué à M. Dixon s’ilavait su que l’homme se déplaçait en fauteuil roulant. Il nevoyait pas pourquoi il aurait à réaménager son immeuble pourfaciliter la vie à l’homme handicapé. Le Tribunal s’est montréindigné de voir le propriétaire s’arroger le droit de dire aucouple Dixon comment vivre.

Obligé de demander de l’aide àchaque fois qu’il voulait sortir parce que l’ascenseur n’étaitpas fiable, M. Dixon rongeait son frein en attendant le jugement dutribunal.

Le Tribunal a déclaré par écrit :« Les personnes handicapées et les bénéficiaires del’assistance sociale tendent à être la cible de clichés nuisibleset de barrières sociales qui ont des conséquences sur leurdignité. »

Le vert a gagné sa bataille!

 Dans le billet précédent, le fabricant de peinture PPG Pittsburgh Paints annonçait que l’ère du développement durable avait atteint le monde des couleurs. Dorénavant, les consommateurs recherchent des couleurs qui traversent le temps. Fini le tapage visuel! Place au gris brun profond, au gris bleu asphalte, au beige chaud, au blanc crayeux neutre, à l’or et au bronze, au blanc crémeux.

Le site Laluminata.co.uk se montre d’accord: «L’époque où l’on considérait que la durabilité était une alternative sans style est révolue» dit-on.

L’écologie et l’environnement, les vedettes de l’espace occidental ces dernières années, se montrent têtus. Selon le site associatedcontent.com, ils sont là pour rester. Et quelle la couleur symbole de l’écologie? Le vert! 

Chez Benjamin Moore, on proclame que le vert est une couleur qui s’enracine solidement dans la tête des gens. Surpris? Inclinons-nous! L’environnement et le développement durable ont gagné leur bataille dans l’univers de la décoration. Au fond, qui va s’en plaindre!

Chez Sico, on décrit le vert de la façon suivante : « Les verts à venir nous en font voir de toutes les couleurs, ils se mêlent, se superposent, se jouent à saveur jaune, s’affichent en kaki et s’épanouissent en version botanique. Ils sont bien vus et bienvenus partout où le cœur vous en dit. De toutes les couleurs, c’est le vert qui plaît le plus à l’œil. Vu sa composition de jaune et de bleu, de chaud et de froid, il a un effet équilibrant où qu’il soit. Il évoque la nature et provoque l’unanimité. Ses variantes sont quasi infinies, mais toutes ont en commun la fraîcheur et l’harmonie. Un vert citron dans une cuisine crée un climat agréable et donne du zeste à tous les plats. Dans une chambre à coucher, le vert feuille nous fait rêver. Et dans une pièce familiale, il se fait convivial. »

On dit que le bleu est roi en matière d’aménagement intérieur. Mais quand on y réfléchit, on s’aperçoit que le bleu et le vert se ressemblent beaucoup. Pas mal beaucoup! Les deux couleurs évoquent la sérénité, la pureté, la tranquillité. Frais, agréable, reposant, le vert évoque les arbres, les feuillages, les plantes, les prés.

En France, on utilise parfois l’expression « Se mettre au vert » pour dire que l’on désire se reposer à la campagne pour refaire ses forces. Ça veut tout dire!

D’autres experts par contre prévoient que la morosité de la récession va pousser les gens à opter pour des couleurs plus festives. Le site Coloursofthesoul.com annonce même que l’orange, couleur aguichante par excellence, trônera sur le podium. Mais juste à côté trônera…le vert. Quelle coincidence!  

En conclusion, les sites se consacrant aux couleurs s’accordent à dire que les couleurs seront lénifiantes et sereines en 2010. Si le vert ne vous allume pas, d’autres couleurs partagent ses vertus, le bleu lavande et le turquoise par exemple. 

 

 

Les couleurs vedettes en 2010

Le concept de développement durable a-t-il atteint l’univers des couleurs? Selon le fabricant de peinture PPG Pittsburgh Paints, la réponse est oui!

«En matière de choix de couleurs, la frivolité est chose du passé », affirme le fabricant PPG Pittsburgh Paints. « On préfère renouveler plutôt que d’acheter neuf. De même, on privilégie les couleurs durables d’après une logique écologique et économique qui est devenue une seconde nature pour l’ensemble d’entre nous. »
C’est en tenant compte de cette réalité que PPG Pittsburgh Paints a conçu quatre nouvelles palettes de couleurs renfermant une vingtaine de nuances. Cohérents avec eux-mêmes, les ingénieurs de la couleur ont misé sur la sobriété à travers la palette Canvas qui met à l’avant-scène des couleurs comme le gris brun profond, le gris bleu asphalte, le beige chaud et le blanc crayeux neutre, des nuances qui « agrandissent une pièce par l’harmonie propre au minimalisme» et qui « favorisent la création de décors purs et aérés. »                                                                                   

La palette Grace (hommage à l’actrice Grace Kelly réputée pour son élégance et sa beauté) mélange l’or et le bronze que l’on voit très bien marié à un blanc crémeux ou un bleu vert. Écoutons les stylistes : « La palette Grace est raffinée, romantique et somptueuse. Elle s’harmonise remarquablement bien avec les métaux précieux, les surfaces en miroir, les soies moirées et les tricots jacquard. Un œil sûr saura agencer sans peine les tons d’or de la palette Grace avec du laiton antique, du satin, du cachemire, du damas, du cristal et des parures qui lui sont chères. »

Les stylistes de PPG Pittsburgh Paints misent aussi sur la palette Pink City, dont le nom évoque la ville de Japur en Inde, connue pour ses palais de grès rose. « Pensez à un rose indien vibrant et profond marié à un orange rouille épicé qui se détachent sur un tissu blanc cassé. »
Après ces trois palettes aux couleurs douces, voici la Zest. Les ingénieurs de la couleur emploient la formule suivante pour la décrire : «  Un jaune vivifiant + un blanc pur + un gris acier + un noir raffiné = une harmonie de couleurs pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux et qui fuient l’ennui. »  

Photos Google

 

 

Record de ventes de maisons au Québec

 

Selon les dernières statistiques de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), le Québec vient de battre son propre record en termes de transactions résidentielles au mois de janvier tandis que l’Ontario a fortement ralenti.

« Les ventes résidentielles désaisonnalisées ont diminué de 2,8 % au Canada, comparativement aux niveaux presque record enregistrés en décembre », est-il écrit dans le communiqué de presse. « L’Ontario représentait presque la moitié de la baisse à l’échelle nationale. L’activité a également accusé un recul en Colombie-Britannique, en Alberta et au Manitoba, mais a atteint un sommet inégalé au Québec. »

Donc, les agents immobiliers ne chôment toujours pas. Ils profitent de la manne car avec la montée prochaine des taux d’intérêt (l’inflation grimpe plus vite que prévu) et les nouvelles règles imposées par le ministre Flaherty (Lire le billet Obtenir une hypothèque devient plus difficile), le marché est appelé à ralentir vers la fin du printemps.

D’autre part, les statistiques de l’ACI indiquent que le prix moyen des maisons vendues en janvier au Canada était de 328 537$, un bond de 19,6% par rapport à janvier 2009 où le prix moyen avait atteint son niveau le plus bas en trois ans.

Au Québec, le prix moyen des maisons vendues au cours de janvier s’établissait à 236 424$, un bon de 9,8% comparativement à janvier 2009. 

« Les ventes résidentielles réelles (non désaisonnalisées) ont augmenté de 58 % en janvier 2010, par rapport aux niveaux atteints l’an dernier lorsque les ventes résidentielles canadiennes ont enregistré leur plus bas niveau en dix ans », écrit l’ACI. « Puisque l’activité a augmenté en février 2009, les gains considérables réalisés d’une année à l’autre devraient diminuer au cours des prochains mois. »

Au niveau des mandats de vente accordés aux agents immobiliers, le nombre (désaisonnalisé) n’a jamais été aussi élevé depuis novembre 2008. En fait, le nombre réel de nouveaux mandats était de 3,4% à comparer à janvier dernier.  

Conclusion : les Canadiens se montrent toujours aussi voraces en termes d’achats de maison. À la fin du mois dernier, 170 199 maisons étaient à vendre selon les données de l’ACI,  une baisse de 18 % par rapport aux niveaux enregistrés en janvier 2009.

Écoutons Gregory Klump, économiste en chef de l’ACI : « Il est possible qu’on doive attendre jusqu’au deuxième semestre de l’année avant qu’une tendance à la baisse se manifeste, puisque l’activité résidentielle pourrait s’accélérer au premier semestre de 2010, en raison de la hausse attendue des taux d’intérêt et de l’introduction de la TVH en Ontario et en Colombie-Britannique le ler juillet. »

Un clic sur le clavier et la voilà la maison!

Rien ne vaut une visite sur les lieux si la description d’une maison à vendre accroche notre attention. Reste que Google a mis sur pied un service qui vous permet d’observer une maison à distance. Si beaucoup d’entre vous le connaissent, plusieurs ne le connaissent pas encore. Je faisais partie du nombre il y a un mois à peine.

Embarquez, je vous emmène faire un tour en Google Car!   

Nous avons passé une bonne trentaine de minutes, moi et fiston, à regarder les images défiler à l’écran de l’ordinateur. Par la magie de Google Street View, je suis retourné aux endroits que j’ai habités: Laval, Trois-Rivières, Ottawa, Montréal, Québec, Sherbrooke. La plupart étaient visibles à distance. C’est là que je me suis dit : « Ouais ! Ça peut être fort utile pour quelqu’un qui veut voir une maison de près sans se déplacer. » Je pense ne pas me tromper en affirmant que certains agents immobiliers doivent utiliser ce service à l’occasion.

En fait, Google Street View n’est pas tout à fait nouveau puisqu’il a été mis sur pied en mai 2007. Les grands manitous de Google avaient lancé sur la route des véhicules munis de caméras (les Google Cars) avec pour mission de filmer les rues des grandes villes grâce à la technique Immersive Media, qui permet de couvrir une rue à 360 degrés, peu importe où on se trouve. Mais comme rues et villes sont nombreuses sur le coco terrestre,  le travail est loin d’être terminé. Récemment, les médias de Trois-Rivières annonçaient que presque toute la ville était maintenant visible sur Google Street View.

Sous vos yeux vous voyez apparaître le Golden Gate Bridge à San Francisco, le musée du Louvre à Paris, la basilique de Saint-Pierre à Rome, l’abbaye de Westminster et le Big Ben en Angleterre. Les sites patrimoniaux retenus par l’Unesco doivent tous avoir été couverts par les Google Cars. Vous pouvez même vous promener dans l’enceinte du parc Disneyland à Paris ou dans des quartiers célèbres à Taïwan, en  Italie, en Australie, en Nouvelle-Zélande, etc. On parle des capitales et des grandes villes, bien sûr ! Oubliez Saint-Narcisse, Saint-Pacôme, Woburn ou Saint-Rémi d’Amherst.    

Qui sait, un Google Car a peut-être déjà filmé votre maison!  L’idée qu’une caméra vous a filmé en train de jaser dehors avec votre voisin chatouille votre  conscience? Et la vie privée dans tout ça!  Est-ce que Google Street View est une nouvelle tentacule de Big Brother? En fait, il y a déjà eu des dérapages quant au respect de la vie privée. Le site Wikipedia en énumère quelques-uns et rapporte la solution proposée par Google Street View.

En attendant, si une maison pique votre curiosité et que vous aimeriez observer son environnement à distance, cliquez sur Google Street View.

http://maps.google.com/help/maps/streetview/