Splendeurs et misères à Dubaï

                       

La folie des grandeurs de Dubaï en fait ricaner plusieurs. «Non mais, ils sont malades! Une pente de ski en plein milieu du désert ! La tour la plus haute du monde, le centre commercial le plus grand du monde, la marina la plus grande du monde! Si les sheiks ont un surplus de pétrodollars, qu’ils nous les donnent, baptême! »  

On ricane davantage depuis que l’émirat connaît des problèmes financiers aussi gigantesques que ses constructions pharaoniques.

Mais entre vous et moi, c’est peut-être ce que se disaient les gens de l’Antiquité en voyant les pharaons construire leurs pyramides. «Non mais, ils sont malades!» Deux mille ans plus tard, les touristes du monde entier se bousculent encore au pied des pyramides. « Money, money! » disait l’autre.

Dans le dernier tournant de 2009, deux autres infrastructures impressionnantes de Dubaï ont été inaugurées. Moins spectaculaires que le Burj Khalifa ou les Dubaï Towers, mais étonnantes quand même.

The Address Dubaï Mall est un hôtel cinq étoiles. Il est connecté au Dubaï Mall, le centre commercial le plus…..Vous avez deviné! Vous êtes vraiment fort! Je disais donc qu’il était connecté au centre commercial le plus grand du monde.

L’architecture évoque une longue ellipse. Le design d’intérieur est un mélange de motifs arabes et exotiques. L’édifice comprend 244 chambres et suites (rien à voir avec le motel du coin à Brossard) qui surplombent le Downtown Burj Dubaï, le nouveau centre-ville de Dubaï. Bien sûr, il y a la piscine spectaculaire, le restaurant jet set, le spa époustouflant, la salle de danse pouvant accueillir 650 personnes, les vastes salles de réunion, le conseiller en mode et tous ces services qui comblent de plaisir les plus riches de ce monde. 

Les propriétaires de l’hôtel misent sur la fourmilière qui s’agite au pied de l’hôtel. On parle d’une moyenne de 3 millions de gens circulant à chaque mois entre le centre commercial le plus grand du monde et les designs exceptionnels d’édifice comme le Dubaï Fountain et Burj Dubaï.

The Address Dubaï Marina est un autre hôtel cinq étoiles qui a ouvert ses portes dans le quartier Dubaï Marina. Le cinquième de la chaîne The Address Hotels and Resorts. Les commodités sont classiques: salle de danse, spa, piscine,  centre de conditionnement physique, alouette!

Celui-ci surplombe la mer. Il est situé au cœur de Dubaï Marina, appelé le nouveau Dubaï. C’est un vaste quartier de 200 immeubles et gratte-ciels qui, une fois terminé, deviendra la marina la plus grande du monde.   

Dites-vous une chose: tous ces hôtels et immeubles luxueux qui poussent comme des champignons ne comptent pas exclusivement sur les touristes pour faire de l’argent. Les clients premiers sont les gens d’affaires.

Marie-Josée Primeau, présidente du Conseil des entreprises canadiennes aux Émirats arabes unis, lors d’une entrevue à La Presse: « Il faut voir Dubaï comme un tremplin vers les autres pays du Moyen-Orient, et non comme une fin en soi. L’émirat voisin d’Abu Dhabi – qui accueillera son premier Grand Prix de Formule 1 à la fin du mois -, le Qatar et l’Arabie Saoudite ont un potentiel énorme. »

Vu les difficultés financières de l’émirat, les constructions vont sûrement ralentir au cours des prochaines années. Dubaï tente de renégocier une dette que certains évaluent à 170 milliards. Sans un coup de pouce financier de 20 milliards d’un émirat voisin, Abou Dhabi, Dubaï serait en faillite aujourd’hui.  

(Photos Google et Wikipedia)

 

Cercueil, balcon et rénovation intérieure

 

 

Le billet le plus lu en 2009? Vous serez surpris par le titre: «Son armoire deviendra son cercueil ».

Do! comme dirait Omer Simpson.   

Cette histoire a semé l’intrigue parmi vous. J’imagine que les gens qui s’achètent une armoire pour la recycler en cercueil une fois mort ne doivent pas courir les rues Tiens, j’allume! Novembre est le mois des morts. Et le billet a été écrit en novembre. Ce n’était pas prémédité, je vous le jure! Je viens juste de m’en rendre compte. Et puis, je n’ai pas de goût particulier pour le lugubre ou le morbide.

Quand je vous dis que c’est le billet le plus lu, je vous parle de la section Aménagement intérieur et extérieur. Depuis la mise en orbite du site en juillet dernier et jusqu’au 31 décembre, j’ai écrit un total de 27 billets dans la section. En tenant compte du nombre de lecteurs et lectrices par rapport à la date de parution, j’ai pu savoir lesquels d’entre eux s’étaient montrés les plus populaires.

Quel billet arrive deuxième? « Les hauts et les bas de la restauration d’un escalier ». Le billet a couru si vite qu’il a même sauté des marches en grimpant jusqu’au sommet. Toute section confondue, il figure parmi les douze billets les plus lus de l’année 2009. Et j’en ai écrit 150!

Une fois en haut, avant de se faire dépasser par l’armoire appelée à se transformer en cercueil, il partageait le sommet avec le titre : « Rénover le balcon avant qu’il ne soit trop tard » et « Place à la rénovation du sous-sol». Eh oui! Tout indique que beaucoup de balcons et de sous-sols ont changé d’allure ces derniers mois ou se transformeront quelque part au printemps.

Suivent de très près la série sur la rénovation de la salle de bain et celle sur la cuisine avec les billets:

-La salle de bain change de décor

-Salle de bain à rénover : les conseils pleuvent de partout!

-Salle de bain: de la déco populaire au haut de gamme

-On rénove la cuisine demain matin

-Cuisine : le triangle des pas perdus

-Rénovation de la cuisine pour petits budgets

Dans un bloc homogène suivent les billets suivants :

-La maison noire au bord du lac

-Une maison virtuelle pour apprenti rénovateurs

-Photos choc de la maison de demain

-Choix de la tondeuse : tout dépend de la grandeur du terrain

-Pour un gazon plus vert au printemps!

-L’aménagement écolo prend racine

-Les aventuriers du design perdu! (Empire State Building)

Fermant la marche parmi les plus lus :

-Déco de la chambre de bébé : pièges à éviter

-Les dollars sont là qui vous attendent!

-D’autres dollars pour vos travaux de rénovation

-Plein de trucs sur la rénovation

-Pelouse impeccable

-Tondre écolo pour une pelouse durable

-Lutte à finir contre la tondeuse à essence

-Jeux de lumières à la maison!

-Quand la maison prend un bain de couleurs

Un billet vous intéresse mais il vous est passé sous le nez? Chemin à suivre: section Aménagement intérieur et extérieur et on clique sur blogue tout en haut.

Si jamais vous aimeriez en savoir plus sur un sujet, suffit de me le faire savoir. J’explorerai le web pour vous avec plaisir. 

 

Les maisons se vendent à la pelle!

Il s’est vendu 72% de plus de maisons au Canada en décembre 2009 comparativement à décembre 2008. Il est vrai que celui de 2008 n’était pas difficile à battre puisque les ventes résidentielles au pays avaient atteint « le creux le plus creux » depuis dix ans. Qui était la fautive? La récession, bien entendu.

Mais décembre 2009 a pris sa revanche. D’ailleurs, le Québec peut se vanter d’avoir battu un record, au même titre que l’Ontario, la Saskatchewan, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador. Un dernier trimestre foudroyant a permis au Canada de faire grimper les reventes de maisons de 2009 au-dessus des résultats annuels de 2008.  

Comme les taux d’intérêt sont toujours très bas, on s’attend à ce qu’autant de maisons ou presque changent de main au cours des prochains mois.

« En décembre, le prix moyen résidentiel s’élevait à 337 410 $ à l’échelle nationale, soit une hausse de 19 p. 100 d’une année à l’autre, lit-on dans le communiqué de presse de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI). « En un an, le prix moyen a augmenté de cinq pour cent et établi un record à 320 333 $. Le prix moyen a en fait établi de nouveaux records annuels dans la plupart des marchés locaux en 2009, ainsi que dans toutes les provinces, sauf celle de l’Alberta. »

Aussi, les mandats de vente accordés aux agents immobiliers ont augmenté de façon substantielle en décembre dernier. Les gens à la recherche de résidences étant toujours aussi nombreux, l’inventaire de maisons disponibles continue de baisser. Le taux d’inventaire n’a jamais été aussi bas en plus de deux ans.

« Les dernières statistiques de l’ACI provoqueront sûrement les rumeurs de spéculation habituelles, affirme l’économiste en chef de l’Association canadienne de l’immeuble, Gregory Klump. « Les plus sages reconnaissent que la plupart des hausses survenues récemment révèlent des facteurs temporaires qui pourraient s’effacer d’ici l’été prochain. »

M. Klump demande à tout le monde de se montrer prudent : « Au deuxième semestre de 2010, les hausses des prix accuseront probablement un recul important, puisqu’un an se sera écoulé depuis la baisse et le redressement. »

Il ajoute: « Si selon les prévisions, le nombre de logements sur le marché s’accroît davantage, le marché perdra de la vitesse. Le marché devrait donc reprendre l’équilibre et les hausses de prix seront plus modestes au cours du deuxième semestre de l’année. Cependant, il est peu probable que la demande en logements baisse de façon aussi massive que le recul dont nous avons été témoins vers la fin de 2008 et au début de 2009, et il est aussi peu probable de voir une montée en flèche des inventaires. »

Source : Le système Multiple Listing Service (R) de L’Association canadienne de l’immeuble

Québec tient bon, St-Jean-sur-Richelieu rebondit

En décembre, la construction résidentielle a bondi au Québec dans les centres de 10 000 habitants et plus: 3 696 habitations mises en chantier comparativement à 2747 en décembre 2008.

La construction de maisons individuelles a augmenté de 46 % et celles d’habitations collectives de 30 % (condos et logements locatifs).

Dans les grandes régions de 100 000 habitants et plus, au niveau des constructions individuelles, Trois-Rivières a plus que doublé en termes de mises en chantier. Ailleurs, l’augmentation en pourcentage est de 75% à Saguenay, 54% à Montréal, 39% à Québec, 36% à Gatineau et 2% à Sherbrooke.   

Au niveau des habitations collectives, Québec a connu une hausse de 67% et Montréal 61%. Suivent loin derrière Trois-Rivières 28%, Sherbrooke 7%, Saguenay -50% et Gatineau -53%. 

Globalement (habitations individuelles et collectives), Québec et Montréal affichent la meilleure performance avec une hausse de 59%, suivie de Trois-Rivières 46%, Sherbrooke 5%, Gatineau et Saguenay -28%.       

Dans les villes de 50 000 à 100 00 habitants, au niveau des constructions individuelles, Saint-Hyacinthe a triplé (de deux à six mises en chantier) tandis que Drummondville connaissait un boom de 61%, Granby 42%,                            Saint-Jean-sur-Richelieu 32%. Shawinigan glissait dans le gouffre avec -54%. 

Au niveau des habitations collectives, St-Jean-sur-Richelieu a écrasé toutes les autres régions en multipliant les mises en chantier par quinze. Ailleurs, ce fut un solde négatif: Drummondville -56%, Granby et Saint-Hyacinthe -65%, Shawinigan -100% (aucune mise en chantier).  

Globalement, Saint-Jean-sur-Richelieu est la seule région à se retrouver avec un solde positif en triplant ses mises en chantier. Ailleurs, c’est -30% à Drummondville, -33% à Granby, -59% à Saint-Hyacinthe et -73% à Shawinigan.

Dans les petites villes, soit de 10 000 à 50 000 habitants, où les mises en chantier sont calculées par tranche de trois mois, les îles de la Madeleine terminent en tête avec une augmentation globale de 57%. Suivent Matane 48%, Prévost 45%, Rouyn-Noranda 39%, Thetford-Mines 25%, Cowansville 20%, Baie-Comeau 17%, Sorel-Tracy  et Sainte-Sophie 6% et Rawdon 2%.

Partout ailleurs, c’est négatif.

(Source : Relevé mensuel de la Société canadienne d’hypothèque et de logement)

 

 

Hypothèque: les conseils d’un banquier

 

Dès le départ, BMO (Banque de Montréal) proclame que les taux d’intérêt sont appelés à augmenter en 2010.

« Nous nous attendons à ce que le taux de financement à un jour de la Banque du Canada grimpe de 0,25 pour cent à partir du mois de juillet 2010, jusqu’à un taux plus neutre de 4,25 pour cent vers le milieu de 2012. Par conséquent, les consommateurs peuvent également s’attendre à ce que les taux hypothécaires augmentent », déclare Sal Guatieri, économiste principal, BMO Marchés des capitaux. « En autant que les consommateurs soient conscients qu’au moment du renouvellement de leur prêt, les taux seront sensiblement plus élevés, les taux d’emprunt extrêmement faibles d’aujourd’hui représentent une occasion unique de faire l’acquisition d’une propriété. »

Vous doutiez de la remontée des taux d’intérêt? Lire le billet : « Une hypothèque comme cadeau à Noël », colonne blogue sections Maisons et condos.

Pour le moment, ça va. La Banque du Canada a gardé le taux inchangé la semaine dernière. Un taux qui date d’avril 2009, un taux qui n’a jamais été aussi bas. La Banque s’est engagée à ne pas bouger d’ici l’été, à moins qu’une reprise économique plus forte que prévue se mette à pousser les prix des services et produits à la hausse.

BMO a préparé une liste de conseils que le propriétaire doit observer avant le renouvellement de son hypothèque. La voici, intégrale:

-Assurez-vous d’avoir les moyens de vous offrir ce que vous venez d’acheter. Resserrez votre budget financier en calculant des versements hypothécaires qui tiennent compte d’un taux d’intérêt plus élevé. Par exemple, un client qui souhaite renouveler un prêt hypothécaire de 100 000 $ dont le taux est actuellement de 2,25 % peut s’attendre à ce que les montants de ses versements hypothécaires augmentent de 100 $ par mois si les taux viennent à augmenter de 2 %.

-Faites des remboursements anticipés si vous le pouvez. Effectuez des versements aux semaines ou aux deux semaines plutôt que mensuellement. Profitez des privilèges de remboursement anticipé offerts par l’option 20+20.

-Assurez-vous de mettre de l’argent de côté pour les mauvais jours. Si vous êtes endetté au maximum de votre capacité, vous ne serez peut-être pas prêt pour des réparations d’urgence comme un toit qui coule.

-Déterminez avec soin si vous préférez un taux fixe ou un taux variable. Si le choix d’un taux hypothécaire variable s’avère une stratégie gagnante à long terme, un prêt à taux fixe a l’avantage d’être rassurant parce qu’il protège contre la hausse des taux, et qu’il permet de savoir exactement quelle somme sur le prêt hypothécaire total aura été remboursée à la fin du terme choisi.

-Dans le marché en ébullition d’aujourd’hui, ne prenez pas le risque de jouer aux devinettes avec l’évolution des taux en vous engageant dans des remboursements hypothécaires au-delà de votre « zone de confort ».Songez non seulement à ce que sont vos besoins financiers aujourd’hui, mais également à ce qu’ils seront dans un an, dans trois ans et dans cinq ans, de façon à pouvoir planifier en conséquence.

-Cherchez toujours à vous payer en premier lieu. Vous pourriez être libéré de votre prêt hypothécaire plus rapidement, et économiser des dizaines de milliers de dollars en frais d’intérêt, en changeant simplement votre fréquence de remboursement pour payer aux deux semaines plutôt qu’une fois par mois.

 www.bmo.com/francais