Condo: un marché qui intrigue

Le marché des copropriétés tient observateurs, analystes et courtiers immobiliers en haleine en 2015. Vers où se dirige-t-il? Que sera l’année 2016?

iStock.com
iStock.com

Le journaliste et conférencier Pierre Duhamel s’étonne  devant la construction de toutes ces copropriétés à Montréal, dont 2000 unités aux alentours du Centre Bell, un coin où l’offre est loin d’être déficiente.

«Montréal bouillonne et le marché est chaud, écrit-il, on bâtit comme on ne l’a pas fait depuis des décennies : 79 immeubles sont en chantier dans l’arrondissement Ville-Marie, qui inclut le centre-ville. Ils s’ajouteront à 138 autres construits depuis 2007. Cela donne 11 470 appartements supplémentaires en huit ans.

«Ce n’est pas fini, car 42 projets ont été autorisés ou sont à l’étude et devraient ajouter plus de 3 000 logements. Et ce nombre ne comprend pas la deuxième tour des Canadiens de Montréal, qui pourrait bientôt lancer la prévente de ses condos. Avant de construire, les promoteurs s’assurent généralement d’en avoir vendu au moins la moitié.»

M. Duhamel évoque le danger d’une surchauffe pouvant déboucher sur l’éclatement d’une bulle immobilière, mais rappelle aussitôt que nombreux sont les observateurs et analystes qui n’y croient toujours pas. Le marché s’équilibrera de lui-même.

Si certains condos se vendent bien, fait-il remarquer, d’autres ont besoin d’un coup de pouce pour se vendre et de nombreuses copropriétés sont inoccupées.

Analyste chez JLR solutions foncières et blogueuse au journal Les Affaires, Joanie Fontaine fait remarquer que, dans la grande région de Montréal, les ventes ont baissé de 13,2% durant les neuf premiers mois de 2015 comparativement à la même période l’an dernier. Tous les secteurs ont subi une baisse, sauf celui de Vaudreuil-Dorion avec une hausse de 8,7% des ventes.

«Quant au prix médian des copropriétés vendues dans la RMR, il est plus élevé de 0,5% par rapport à l’année dernière, atteignant 242 500$. Cette très légère augmentation signifie néanmoins une baisse de prix en termes réels (en tenant compte de l’inflation), ce qui est un signe clair d’atterrissage en douceur du marché de la copropriété», écrivait-elle sur son blogue.

C’est le cadre d’une analyse montrant qu’il y avait une nette progression du marché de l’unifamiliale dans la région de Montréal que Mme Fontaine a abordé la situation du marché du condo.

Publiée l’été dernier, une étude de la firme de recherche immobilière JLR signalait que «l’inflation sur le prix des condos est au neutre depuis deux ans dans l’île de Montréal. Cette stabilité contraste avec la hausse de 22% des valeurs entre 2009 et 2012.»

Et comme le nombre d’unités disponibles sur le marché est passablement élevé, JLR prévoit que l’inflation restera au neutre au moins jusqu’au début de 2017.

De son côté, l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) attire notre attention sur le fait que, surtout dans la grande région de Montréal, les immeubles à condos prennent du volume, en quoi l’association voit un effort de densification.

«Cette nouvelle façon de construire explique entre autres que le niveau des inventaires est plus élevé qu’avant», soutient Georges Lambert, économiste à l’APCHQ.

L’APCHQ prévoit que 13 000 copropriétés seront construites en 2015, soit une diminution de 775 unités par rapport à 2014. Pour  2016, ce sera 12 900 copropriétés, soit 100 unités de moins comparativement à 2015.

Photo: iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone