English

Position assise danger!

Anabel a fait le saut debout, c’est-à-dire que, dorénavant, elle travaille en position debout et non assise.

Elle avait demandé le nouveau modèle de bureau qui oblige le travailleur et la travailleuse à rester debout. Non, ce n’est pas un rituel masochiste. Le but est de retarder le plus grand nombre de maladies possible. Apparemment que les collègues de travail d’Anabel se montrent jaloux.

Sceptiques vous êtes? Sachez que des multinationales comme Google et Facebook ont sensibilisé ou sont sur le point de sensibiliser leurs employés afin d’accroître la productivité. Parce que l’hypothèse scientifique selon laquelle la position assise prolongée est néfaste pour la santé se confirme au fur et à mesure que les études se multiplient sur le sujet.

D’ailleurs, un grand nombre de revues spécialisées et de médias ont abordé le sujet ces derniers mois.
Cette nouvelle tendance se répandra dans les maisons très bientôt. Il y a les travailleurs autonomes, bien sûr, dont le nombre n’est pas appelé à baisser. Mais il y a aussi les gamers, ces adeptes de jeux vidéo qui peuvent passer des heures et des heures assis à jouer. Déjà très nombreux, autant adultes qu’ados, ils le seront davantage dans les prochaines années, l’industrie du jeu vidéo étant en pleine croissance.

La conséquence directe de la position assise prolongée reste l’obésité. L’obésité ouvre la porte à l’hypertension, au diabète et même au cancer. Et de plus en plus tôt. Un jeune qui commence à jouer vers l’âge de 15 ans et embrasse plus tard une carrière de «pousseux de crayon», comme le dit si bien mon médecin, risque de développer un problème de santé dès la trentaine.

Sans compter que beaucoup de maux de dos sont causés par la position assise prolongée.

Le but n’est pas d’adopter la position verticale des heures durant sans jamais s’asseoir, donc de remplacer un excès par un autre, mais de passer le gros du temps debout pour activer la circulation du corps, quitte à s’asseoir à intervalles réguliers.

Si l’idée de travailler ou de jouer debout vous fait horreur, il est recommandé de se lever à toutes les trente minutes et de marcher d’un bon pas, histoire de se délier les jambes.

Je connais quelqu’un qui monte et descend les marches de l’escalier durant cinq minutes pour s’assurer d’un exercice physique efficace. Deuxième avantage: ce temps d’arrêt repose les yeux.
Vous avez des ados qui viennent d’épouser le jeu vidéo? C’est le temps ou jamais de leur inculquer la position debout. Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire.

Si vous avez besoin d’un guide, le journaliste Pierre Asselin du journal Le Soleil publiait récemment le témoignage de Michael Carpentier, associé chez Sigmund, une firme de conseils, de réalisation de sites Web et d’applications mobiles, qui travaille debout depuis cinq ans. C’est à lire.

Travailler debout n’est pas nouveau. Ernest Hemingway, le célèbre écrivain américain (Le vieil homme et la mer, L’adieu aux armes, Pour qui sonne le glas) écrivait debout. Du moins durant une bonne partie de sa vie.

Photo: IStockphoto LP (à venir)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Un toit pour les insectes

Il y a des gens qui se passionnent pour les maisons. Ils les construisent, les habitent, les achètent, les vendent, les rénovent, les décorent.  Le bâtiment lui-même leur procure du plaisir.

D’autres voient leur résidence comme l’unique moyen d’accéder à leur première passion. Exemples: jouer de son instrument de musique en toute tranquillité, attirer et observer les oiseaux, créer un immense village miniature au sous-sol ou encore jardiner et faire de l’aménagement paysager.

Aujourd’hui, Casarazzi s’adresse au jardinier.

Plus les années passent, plus on mesure l’erreur monumentale de la génération précédente où on détruisait à coup de pesticides et autres produits chimiques les «bébittes» qu’on ne voulait pas autour de la propriété. On prend lentement conscience que chacune d’entre elle avait un rôle précis à jouer. Et qu’en opérant un génocide sur une espèce, on finissait par créer un problème ailleurs.

iStockphoto
iStockphoto

Continue la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Confort et sécurité à la cuisine

Soyez intelligent et pensez sécurité. Tant qu’à rénover la cuisine, ou même à construire une nouvelle propriété, pourquoi ne pas concevoir la pièce en fonction d’un début de perte d’autonomie qui guette les boomers?

iStockphoto
iStockphoto

Suivez le guide, c’est-à-dire la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL).

- Tout d’abord, examinez votre plan d’étage et demandez-vous si l’emplacement de la cuisine est adéquat. Est-elle proche de l’entrée principale de la maison? Près de la salle à manger? Où les appareils ménagers et les espaces de travail se trouvent-ils? Continue la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
iStockphoto

«As-tu vu la cabane!»

C’est ce que je me répétais en tournant les pages du livre.
Rien à voir avec les propriétés de luxe de Westmount, du quartier Sillery à Québec, des quartiers Laval-sur-le-Lac et Vimont à Laval-ou du nouveau quartier au nord de Sherbrooke.

J’ai rarement vu quelque chose d’aussi inusité. Et je pèse bien mes mots.

Ce sont de petites cabanes aux formes étonnantes, aux couleurs festives parfois et aux styles inattendus. Les oiseaux de votre jardin seraient sonnés s’ils les apercevaient, c’est sûr.

Car il s’agit de cabanes pour oiseaux. Continue la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Un ours dans la cuisine

L’écrasement de l’avion sur le spa d’une propriété à Longueuil a beaucoup fait jaser. Et avec raison.

Le Cessna piloté par une jeune fille aurait facilement pu faire des victimes chez l’une des familles de l’arrondissement St-Hubert s’il était tombé dans une arrière-cour bondée ou même dans la rue.

Encore une fois, pas de victime sauf la pilote qui a subi des blessures mineures.  L’incendie a été évité grâce à la diligence d’un voisin qui s’est précipité sur les lieux avec son boyau d’arrosage.

Ce qui est étonnant dans de telles histoires, c’est que les gens s’en tirent toujours avec plus de peur que de mal. Heureusement d’ailleurs.

Le printemps dernier, dans une ville du sud de la Californie, un véhicule a quitté la route à la suite d’un bris mécanique. Comme il se trouvait dans une zone escarpée, il a plongé sur le toit d’une maison.

Aucune victime, aucun blessé. Par contre, selon la première dépêche,  le véhicule se trouvait peut-être à l’entrée de sa propriété, ce qui explique le peu de dégât, le chauffeur roulant plutôt lentement. Il a fallu une grue pour retirer l’auto.

En décembre 2013, à Dollard-des-Ormeaux près de Montréal, un véhicule a foncé sur la porte d’une résidence, rapportait La Presse canadienne. La femme de 25 ans avait perdu le contrôle du véhicule. Elle s’en est tirée indemne tout comme le passager. Continue la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Articles conseils sur le financement d'une maison, la décoration et les rénovations